Cambodge : Douch, tortionnaire du régime des Khmers rouges, est mort à 77 ans

Kaing Guek Eav, plus connu sous le nom de Douch, a dirigé la prison centrale de Phnom Penh où 15 000 personnes ont été torturées avant d'être exécutées par les Khmers rouges, durant les années 1970. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Kaing Guek Eav, plus connu sous le nom de Duch, est assis sur le banc des accusés au tribunal de Phnom Penh (Cambodge), le 5 décembre 2008.  (MAK REMISSA / POOL / AFP)

Il avait été condamné pour "crimes contre l’humanité", "torture" et "meurtres" en 2010. L'ancien tortionnaire Kaing Guek Eav, alias "Douch", chef du plus redoutable centre de détention sous le régime cambodgien des Khmers rouges, est décédé mercredi 2 septembre à l'âge de 77 ans. Aucune précision n'a été donnée sur les causes du décès. 

Douch a dirigé Tuol Sleng ou S21, la prison centrale de Phnom Penh où 15 000 personnes ont été torturées avant d'être exécutées par les Khmers rouges. Installée le 17 avril 1975, cette dictature ultra-maoïste est tombée le 7 janvier 1979 sous les chenilles des chars du Vietnam socialiste, "frère ennemi". Entre-temps, quelque deux millions de personnes ont été tuées.

Caché pendant 20 ans après la chute du régime

Kaing Guek Eav avait été le premier Khmer rouge condamné par un tribunal pour crimes de guerre. Né le 17 novembre 1942 dans un village de la province de Kompong Thom, au nord de Phnom Penh, Douch a été professeur de mathématiques avant de rejoindre les Khmers rouges en 1967. Après la chute du régime, il a continué d'appartenir au mouvement puis a travaillé pour des organisations humanitaires.

Caché pendant des années, il avait été repéré en 1999 par un photographe et arrêté. "Méticuleux, consciencieux, attentif à être bien considéré par ses supérieurs" selon les psychiatres, le tortionnaire avait tenu une administration rigoureuse des activités de la prison. "Je suis responsable émotionnellement et légalement", avait-il reconnu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.