VIDEO. Boeing disparu : comment des passagers ont-il pu embarquer avec des passeports volés ?

La police aux frontières françaises assurent que personne n'aurait pu embarquer sous une fausse identité dans un aéroport de l'Hexagone.

AMBROISE BOULEIS et CLAIRE-MARIE DENIS - FRANCE 2

Des dizaines de navires, d'avions et d'hélicoptères participent désormais aux recherches du Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines qui s'est volatilisé des écrans radars entre Kuala Lampur et Pékin (Chine), dans la nuit du vendredi 7 au samedi 8 mars. Par ailleurs, l’enquête ouverte pour terrorisme porte ses premiers résultats à propos des quatre passagers qui ont embarqué sous de fausses identités à l’aéroport de Kuala Lampur (Malaisie). Les autorités malaisiennes connaissent désormais les visages des détenteurs de passeports volés, deux d'entre eux ne seraient pas de "type asiatique".

Une faille de la sécurité inconcevable en France

Mais le raté du système de sécurité de l'aéroport de Kuala Lampur pose problème. Les fonctionnaires de la police aux frontières de l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne) confirment aux journalistes de France 2 que les passeports volés ne passeraient pas aux portiques à Paris, grâce à trois fichiers différents : le fichier des personnes recherchées, le fichier d'information Schengen et le fichier d'Interpol des passeports perdus ou volés.

Contrôles plus importants des passeports à l\'aéroport de Kuala Lumpur en Malaisie, el 10 mars 2014
Contrôles plus importants des passeports à l'aéroport de Kuala Lumpur en Malaisie, el 10 mars 2014 (MANAN VATSYAYANA / AFP)