Rapport sur le vol MH370 : les enquêteurs "eux-mêmes ne sont pas satisfaits"

L'enquête a été "incapable d'établir la véritable cause de la disparition du MH370", selon la journaliste Florence de Changy.

Le dernier rapport sur la disparition du vol MH370 a été présenté ce lundi 30 juillet.
Le dernier rapport sur la disparition du vol MH370 a été présenté ce lundi 30 juillet. (MOHD RASFAN / AFP)

Les enquêteurs ont remis, lundi 30 juillet, un rapport sur le vol MH370 de Malaysia Airlines, mystérieusement disparu il y a quatre ans avec 239 personnes à bord. Selon Florence de Changy, journaliste, correspondante à Hong-Kong de RFI et du Monde et auteure du livre Le vol MH370 n'a pas disparu (éd. Les Arènes), les enquêteurs "eux-mêmes ne sont pas satisfaits de ce rapport. Ils disent très clairement que l'enquête a été incapable d'établir la véritable cause de la disparition du MH370".

franceinfo : Le rapport n'apporte pas de réponse à la disparition de l'avion, les familles sont déçues. Qu'en pensez-vous ?

Florence de Changy : Il y a malgré tout quelques nouvelles pistes et quelques nouveaux éléments. Ce qui pourrait rassurer les familles, et c'est la première chose qu'a dit le chef de l'enquête à la conférence de presse de Kuala Lumpur, c'est que ce rapport final n'était pas final. C'est comique, mais ça montre aussi qu'eux-mêmes ne sont pas satisfaits de ce rapport. Ils disent très clairement que "l'enquête a été incapable d'établir la véritable cause de la disparition du MH370".

Quelles sont les conclusions de ce rapport ?

Le rapport écarte l'éventualité d'un problème technique, il ne soutient en rien la thèse, qui a été très entendue dans les médias, selon laquelle le commandant de bord aurait commis un acte suicidaire. Le pilote est écarté de tout soupçon, de même que le problème technique. Mais il y a un nouvel élément qui est extrêmement troublant et intéressant : ils indiquent ne pas exclure l'intervention d'une tierce partie, c'est une notion qui est tout à fait nouvelle. Ils indiquent aussi qu'il y a une très grande absence de preuve, qui ne permet pas d'établir la version officielle, de même qu'elle ne permet pas de la dédire. On est dans un énorme flou. Et si on retrouve les épaves de l'avion et les deux boites noires, on va retrouver la route de l'avion, mais ce n'est pas ça qui va expliquer ce qui s'est passé et quelle était l'intention de ce détournement qui n'a ni queue ni tête.

Pourquoi contestez-vous la version officielle ?

Dans la version officielle, l'avion a fait demi-tour et a survolé la Malaisie. L'élément le plus basique qu'on pourrait être en droit d'avoir et auquel visiblement les enquêteurs n'ont pas eu complètement accès, ce sont les radars de l'avion qui a été vu au-dessus de la Malaisie. Je connais plusieurs personnes qui ont vu ces images et qui m'ont dit que l'avion vu au-dessus de la Malaisie ne correspondait absolument pas à un Boeing 777, il n'en a ni la vitesse, ni l'altitude, ni la capacité et le retour radar est beaucoup trop petit par rapport à l'image qu'émet un B777. Ça, le rapport l'admet, mais dit "effectivement, ça ne correspond pas à un B777, c'est sans doute qu'il y a un problème dans les radars, on ne va retenir que la position". Ils font donc un compromis avec la réalité qui est un premier pas vers la reconnaissance que ça ne colle pas, mais ils ne vont pas tout à fait jusqu'au bout.