Disparition du vol MH370 : "Des gens savent et ils ne veulent pas nous dire la vérité"

Ghyslain Wattrelos, qui a perdu sa femme et deux de ses enfants dans la catastrophe, pense que les États-Unis "savent parfaitement ce qui s'est passé".

Ghyslain Wattrelos a perdu sa femme et deux de ses enfants dans la disparition du vol MH370.
Ghyslain Wattrelos a perdu sa femme et deux de ses enfants dans la disparition du vol MH370. (THOMAS SAMSON / AFP)

Cinq ans après la disparition du vol MH370, Ghyslain Wattrelos, qui a perdu sa femme et deux de ses enfants dans la catastrophe, a estimé dimanche 3 mars sur franceinfo, que "des gens savent et qu'ils ne veulent pas nous dire la vérité". Le 8 mars 2014, ce Boeing de la Malaysia Airlines a disparu des écrans radars, après avoir décollé de Kuala Lumpur en direction de Pékin, avec 239 personnes à bord.

franceinfo : Cinq ans après cette disparition, avez-vous des pistes, des certitudes ?

Ghyslain Wattrelos : Ma seule certitude, c'est que des gens savent et qu'ils ne veulent pas nous dire la vérité. Mais je n'ai aucune certitude sur ce qui s'est passé. Cinq ans après, l'enquête qui est terminée aujourd'hui, ne nous a donné aucune réponse. Les juges français négocient depuis deux ans avec l'ambassade américaine à Paris pour aller aux États-Unis et rencontrer Boeing et le FBI. Mais on leur refuse cette autorisation, notamment pour des questions de secret industriel. Le FBI était sur place dès le lendemain de la disparition de l'avion, et on aimerait vraiment savoir pourquoi. Nous n'avons vu aucun rapport à ce sujet. 

Et ça cache quelque chose, à vos yeux ?

Oui, il est évident que les Américains savent parfaitement ce qui s'est passé. Le FBI est allé sur place. Un avion de cette taille ne peut pas disparaître, compte-tenu des moyens de surveillance qu'ils ont sur zone. La Malaisie a aussi menti par omission, puisqu'ils ont mis une semaine pour nous dire que les militaires avaient vu passer l'avion. Selon la version officielle, cet avion aurait traversé les espaces aériens de 7 ou 8 pays, et ces pays n'auraient rien vu. Il s'agit de la Thaïlande, du Vietnam, de la Malaisie, de l'Indonésie, de Singapour, de l'Inde et de l'Australie, sachant que cette zone est aussi surveillée par la Chine et les États-Unis.

Des débris de l'avion ont été retrouvés ?

L'enquête dit que quatre débris ont été authentifiés, mais ces débris n'ont jamais parlé quant à la cause possible de l'accident, et ils ne portaient pas de numéro de série. Donc, pour moi, ces débris ne veulent pas dire grand-chose. Ce qui est surprenant, c'est qu'on n'a jamais trouvé un seul débris flottant. C'est la première fois que ça arrive, et ça, il faudrait qu'on me l'explique. Pour moi, ça veut dire juste une chose, c'est qu'on n'a pas cherché au bon endroit.

Cinq ans après, avez-vous pu faire votre deuil ?

Oui, j'ai fait mon deuil, car j'ai fini par accepter qu'ils ne reviendront pas. Mais faire son deuil est difficile, car on ne sait pas ce qui s'est passé. Donc c'est toujours un combat qu'il faut mener. Je pense que je saurai la vérité un jour, mais je sais que ça va prendre du temps.