Cet article date de plus de neuf ans.

Australie. Quand une espèce protégée dévore l'autre

Des otaries massacrent une colonie de manchots pygmées sur une île au sud des côtes australiennes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un manchot pygmée avant réinsertion dans son milieu naturel à Collaroy Beach, au nord de Sydney (Australie), le 7 septembre 2005. (REUTERS)

ANIMAUX - En Australie, les manchots pygmées et les otaries à fourrure sont deux espèces protégées. Mais voilà, sur l'île Kangourou, à une centaine de kilomètres au sud des côtes australiennes, les secondes mangent les premiers, raconte le quotidien britannique The Independent.

Le manchot pygmée, le plus petit du monde (25 cm, 1 kg) est ainsi devenu la proie favorite d'otaries à fourrure originaires de Nouvelle-Zélande, qui sont venues trouver refuge sur Kangaroo Island.

Des meurtres de masse

"Au début, on voyait de temps en temps un manchot se faire attraper par une otarie, explique au journal Simone Somerfield, professionnelle du tourisme. Et puis c'est devenu de plus en plus fréquent, jusqu'à ce qu'on assiste à des meurtres de masse où les otaries ne mangeaient même plus leurs victimes. (…) C'était comme regarder un film d'horreur !"

D'après des habitants de l'île, le nombre de manchots pygmées aurait ainsi été divisé par deux. Ils souhaitent donc la stérilisation des otaries. Chassées durant de nombreuses années car elles perturbaient la pêche locale, elles sont protégées depuis 1983. Aujourd'hui, elles seraient près de 25 000 sur Kangaroo Island. La cohabitation avec les manchots est désormais un vrai casse-tête pour les autorités australiennes, qui ont déjà écarté toute possibilité de déplacer les otaries sur une autre île, une opération jugée trop coûteuse.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.