Cet article date de plus de trois ans.

Australie : les touristes ne pourront plus grimper sur le mont Uluru à partir de 2019

Les aborigènes Anangu, vénèrent ce lieu depuis des dizaines de milliers d'années et s'opposent totalement à son ascension.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le rocher Uluru, au cœur du désert australien, photographié le 11 octobre 2013. (GREG WOOD / AFP)

A partir de 2019, les touristes ne pourront plus grimper sur Uluru, célèbre formation rocheuse au cœur du désert australien, informent les autorités du pays, mercredi 1er novembre. Ce mont est considéré comme sacré dans la culture aborigène, mais les autorités reprochent aux touristes de le considérer comme un "parc à thème".

De nombreux touristes considèrent que l'escalade d'Uluru, également appelé Ayers Rock, fait partie des lieux qu'il faut absolument visiter quand on découvre l'Australie. Mais les aborigènes Anangu, qui vénèrent le lieu depuis des dizaines de milliers d'années, s'opposent totalement à son ascension.

"Ce n'est pas un parc à thème"

Le conseil d'administration du parc national d'Uluru-Kata Tjuta, constitué notamment de représentants de la communauté aborigène, a décidé à l'unanimité d'interdire l'ascension à partir d'octobre 2019. "Certains au gouvernement ou dans le secteur du tourisme peuvent estimer que le site doit rester ouvert, mais ce n'est pas leur loi qui règne sur cette terre, a déclaré le président du conseil d'administration du parc. C'est un lieu extrêmement important, pas une cour de récréation ou un parc à thème."

Le président a appelé les touristes à respecter la décision. "Si je voyage dans un autre pays et qu'il y a un site sacré, une zone en accès restreint, je n'y rentre pas, je n'y grimpe pas, je le respecte, a-t-il expliqué dans un communiqué. C'est la même chose ici. Nous accueillons les touristes. Nous ne voulons pas arrêter le tourisme, juste cette activité."

Cela fait longtemps que les autorités du parc cherchent à interdire l'escalade du monolithe aux teintes rouges de 348 mètres de haut. Environ 300 000 personnes s'y rendent chaque année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.