Attentats au Sri Lanka : si ce n'est pas directement le groupe État Islamique, "appelons ça de l'inspiration"

Amaq, l'agence de propagande de l'organisation jihadiste, a revendiqué les attaques contre des églises et des hôtels qui ont fait au moins 320 morts dimanche, sans preuves à l'appui.

Des militaires sri lankais dans l\'église de Saint-Sébastien à Negombo au Sri Lanka, le 22 avril 2019. 
Des militaires sri lankais dans l'église de Saint-Sébastien à Negombo au Sri Lanka, le 22 avril 2019.  (JEWEL SAMAD / AFP)

Le groupe État islamique a revendiqué les attentats contre des églises et des hôtels qui ont fait au moins 320 morts dimanche au Sri Lanka, rapporte mardi 23 avril l'organe de propagande de l'organisation jihadiste, Amaq.

Si la revendication est peut-être "opportuniste", il s'agit bien, selon François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’Iris et auteur notamment de DAECH : L'arme de la communication dévoilée, "d'un attentat islamiste d'inspiration salafiste". Interrogé mardi 23 avril sur franceinfo, l'expert affirme qu'"ils ont "appris" les techniques de l'État islamique très rapidement", utilisant "des kamikazes" avec "une capacité de coordination de destruction tout à fait surprenante". Si ce n'est pas directement l'El, "appelons ça de l'inspiration".

franceinfo : Est-ce que la revendication de l'État islamique vous paraît crédible ? Opportuniste ?

Bernard Huyghe : Sur la forme, c'est venu par l'agence de communication de Daech, Amaq, et d'ailleurs, ils les signalent comme des combattants islamiques. Ils ont un langage très codé. Ça ne veut pas dire des "lions de l'Islam". Ce sont des "combattants de l'Islam", un groupe qui ne serait pas directement rattaché à Daech, qui irait dans le même sens. Ce sont sans doute des wahhabites favorables à l'État islamique, mais ils ne sont pas directement commandés par Daech. Par ailleurs il s'agit d'un groupe dont on n'avait pas beaucoup entendu parler, le National Thawheed Jama'ut qui, jusqu'à présent, s'était plutôt fait remarquer par des violences anti-bouddhistes dans des sortes de vandalismes ou de bagarres mais qui n'avait pas encore fait à ma connaissance d'énormes attentats. Ce sont des gens qui étaient connus par la police qui les a ramassés très vite donc il y a un élément de surprise dans la façon où ils sont passés du statut de groupuscule à celui de groupe capable de commettre un des plus horribles attentats des dernières années. Bien entendu, de temps en temps, Daech qui autrefois contrôlait l'authenticité des attentats, s'est fait prendre depuis quelques mois à faire des revendications opportunistes en revendiquant simplement des choses qu'ils avaient apprises par les journaux. Mais là, quand même, le fait que la police sri lankaise, qui a quand même une grosse pratique de l'antiterrorisme, ait pu s'emparer de quelque chose comme 24 suspects plus ceux qui se sont fait assiéger, le fait que c'est un groupe islamique bien connu dont on peut voir des vidéos sur internet, montre que en tous cas, il s'agit d'un attentat islamiste d'inspiration salafiste.

Le groupe État islamique n'a pas concrètement organisé les attentats ? Malgré la chute de ce califat territorial, ça veut dire que Daesh continue à essaimer ?

Appelons ça de l'inspiration si vous voulez. Il y a probablement des liens internationaux. Ils ont "appris" les techniques de l'État islamique très rapidement. Par exemple, ils ont utilisé des kamikazes et ils ont eu une capacité de coordination de destruction tout à fait surprenante. Même si le califat territorial a disparu, il y a des milliers de combattants qui ont été en Syrie ou en Irak qui se baladent partout dans la nature, y compris ceux qui reviendront en France. Par ailleurs, le mythe, l'inspiration du califat, qui avait en quelque sorte dépassé Al Qaïda par son extrémisme, est très vivace. Et là, on le voit apparaître dans le Sud asiatique mais ça peut être dans bien d'autres endroits.

Des "représailles" au massacre dans les mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, c'est une hypothèse crédible ?

Le lien ne paraît peut-être pas très logique entre un attentat en Nouvelle-Zélande et le besoin de tuer des chrétiens sri lankais. Mais d'après les premiers éléments, c'est une déclaration qui a été faite par le ministre de l'Intérieur sri lankais, ils auraient, dans leurs conversations qui auraient été interceptées, dans leur propagande interne, fait allusion à une sorte de revanche, de rétorsion pour les attentats de Christchurch. Cela dit dans leur mentalité, ça ne me paraît pas totalement invraisemblable puisque pour eux, les chrétiens qu'ils soient sri lankais, néo-zélandais ou français forment un seul groupe uni, agissant sous les ordres du pape.