Nouvelle-Zélande : vers un durcissement de la législation sur les armes

Trois jours après le double attentat en Nouvelle-Zélande, la Première ministre a annoncé lundi 18 mars un durcissement de la législation sur les armes dans le pays.

La Nouvelle-Zélande, c'est 1,5 million d'armes pour moins de 5 millions d'habitants, soit l'un des taux les plus élevés au monde. Paradoxalement, le nombre de meurtres par armes à feu est l'un des plus bas. Mais la tuerie de Christchurch a poussé le gouvernement à durcir les règles. D'ici quelques jours, il donnera le détail de la loi sur l'usage des armes à feu en Nouvelle-Zélande, une loi qui n'avait plus évolué depuis 1992.

Une licence obligatoire

Une culture des armes à feu dès le plus jeune âge et des armureries de la taille d'un supermarché, comme à Christchurch par exemple. Pour pouvoir acheter des armes, il faut avoir une licence, obtenue après un interrogatoire de la police. "On m'a demandé si j'étais violent, si j'avais un casier judiciaire. On a interrogé ma compagne actuelle pour savoir si j'étais quelqu'un de violent. J'ai dû également faire appel à deux témoins de moralité qui me connaissaient très bien", explique un habitant détenteur d'une licence au micro de France 3.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers néo-zélandais devant l\'une des moquées attaquées, le 16 mars 2019 à Christchurch (Nouvelle-Zélande).
Des policiers néo-zélandais devant l'une des moquées attaquées, le 16 mars 2019 à Christchurch (Nouvelle-Zélande). (RECEP SAKAR / ANADOLU AGENCY / AFP)