Attentats à Christchurch : les premières victimes inhumées

À Christchurch (Nouvelle-Zélande), les premières victimes de la fusillade ont pu être inhumées, mercredi 20 mars.

FRANCE 3

Loin des caméras, des journalistes, portées par leurs familles, les premières victimes de l'attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande) ont été inhumées mercredi 20 mars. Des funérailles placées sous haute surveillance et ouvertes à tous les Néo-Zélandais. "Il y avait plein d'amour, beaucoup de compassion. Il y avait des musulmans, des non-musulmans. Que Dieu fasse miséricorde aux morts et qu'il donne un bon rétablissement aux blessés", confie à France 2 un Australien venu assister aux obsèques.

Deux minutes de silence vendredi

Rester fort, "Kia Kaha" en maori. C'est ce qu'ont rappelé des étudiants d'Auckland, en lettres géantes. Le célèbre haka résonne dans tout le pays. D'une université musulmane, à celle de Christchurch, qui a perdu deux élèves dans les fusillades, sous le regard de Jacinda Ardern qui fédère tout un pays derrière elle. Une Première ministre omniprésente, vêtue d'un voile, qui est venue soutenir la communauté musulmane ou encore féliciter les secouristes pour leur sang-froid. Dernier acte fort, le chef du gouvernement néo-zélandais a choisi vendredi, jour de prière des musulmans, pour que tout le pays se recueille pendant deux minutes de silence.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des personnes rendent hommage aux victimes des attaques de deux mosquées à Christchurch (Nouvelle-Zélande), le 16 mars 2019. 
Des personnes rendent hommage aux victimes des attaques de deux mosquées à Christchurch (Nouvelle-Zélande), le 16 mars 2019.  (DAVID MOIR / AFP)