Attentat de Bangkok : le Premier ministre annonce l'arrestation d'un deuxième suspect

Il pourrait s'agir du poseur de bombe, selon le Premier ministre.

Une vue générale du carrefour Ratchaprasong à Bangkok (Thaïlande), après la réouverture du sanctuaire hindouiste visé par un attentat, le 19 août 2015.
Une vue générale du carrefour Ratchaprasong à Bangkok (Thaïlande), après la réouverture du sanctuaire hindouiste visé par un attentat, le 19 août 2015. (WASAWAT LUKHARANG / NURPHOTO / AFP)

Un deuxième suspect dans l'enquête sur l'attentat de Bangkok a été interpellé en Thaïlande, annonce le Premier ministre, Prayut Chan-O-Cha, mardi 1er septembre. Cet étranger "a été arrêté au poste-frontière de Sa Kaeo", à la frontière avec le Cambodge, a annoncé le général, quinze jours après cette attaque inédite en plein Bangkok, qui a fait 20 morts. L'homme est qualifié de "suspect de premier plan" et pourrait être le poseur de bombe.

Toujours aucune revendication, plus de deux semaines après l'attentat

Plus de deux semaines après, l'attentat n'a toujours pas été revendiqué et le mystère reste entier quant aux motivations et à l'identité des auteurs. Au total, quatre personnes sont recherchées, et un premier suspect a été arrêté samedi à Bangkok, un étranger avec un passeport turc à l'authenticité douteuse. La police avait identifié des traces de TNT sur ses vêtements, lors de son interpellation, et du matériel utile à la confection de bombes avait été découvert.

Gang de trafiquants de faux passeports, terrorisme international ou opposants à la junte militaire au pouvoir... Plusieurs scénarios ont été avancés jusqu'ici, y compris une vengeance de la minorité musulmane turcophone ouïghoure. Une centaine de ses membres ont été renvoyés en Chine par la Thaïlande en juillet, provoquant la colère en Turquie et le saccage du consulat de Thaïlande à Istanbul.