Attentat à Bangkok : deux nouveaux suspects recherchés

Les deux hommes ont été repérés sur des images de vidéosurveillance, aux côtés du premier individu suspecté d'avoir posé la bombe.

Un soldat thaïlandais sur les lieux de l\'attentat de Bangkok (Thaïlande), le 17 août 2015.
Un soldat thaïlandais sur les lieux de l'attentat de Bangkok (Thaïlande), le 17 août 2015. (PORNCHAI KITTIWONGSAKUL / AFP)

Il n'y a plus un suspect, mais trois. La police thaïlandaise a annoncé, mercredi 19 août, que deux nouvelles personnes soupçonnées d'être à l'origine de l'attentat de Bangkok avaient été identifiées sur des images de vidéosurveillance. Ces deux hommes ont été vus près des lieux de l'explosion de la bombe, qui a fait 20 morts devant le sanctuaire hindouiste Erawan, dans le centre de la capitale thaïlandaise.

Le suspect "ne peut pas avoir agi seul"

"La personne en rouge et celle en blanc sont également suspectes", a déclaré le porte-parole de la police, en commentant les images de vidéosurveillance sur lesquelles apparaissent le premier suspect, un homme dont le portrait-robot a été diffusé mercredi. Ce dernier ferait partie d'un "réseau" d'après le chef de la police thaïlandaise, qui estime qu'il ne peut "pas avoir agi seul".

Un mandat d'arrêt a été lancé contre cet homme présenté comme "étranger" par la police thaïlandaise. D'après le mandat, émis par l'une des cours pénales Bangkok, il est notamment soupçonné de "meurtre avec préméditation" et de "complot".

L'attentat n'a pas été revendiqué

L'attentat, sans précédent et au scénario inédit dans la capitale thaïlandaise, n'a pas été revendiqué. L'attaque contre un sanctuaire, dans un pays où la spiritualité et le respect de la foi est très important, a également dérouté les experts.

D'après les analystes cités par l'AFP, il est difficile d'imaginer que cette attaque soit le fait des opposants politiques à la junte au pouvoir en raison de l'ampleur de l'attaque et du lieu choisi. La police a également rapidement affirmé que le mode opératoire ne ressemblait pas aux attentats fréquemment perpétrés dans le sud du pays par des insurgés musulmans.

Divers groupes de militants islamistes ont mené de nombreuses attaques dans d'autres parties d'Asie du sud-est, y compris sur l'île touristiques indonésienne de Bali en 2002. Cet attentat avait tué 202 personnes. Mais la Thaïlande n'a, pour le moment, jamais été une cible. Les militants du groupe Etat islamique ont souvent fait part de leur volonté de frapper hors de leurs bases, mais ils revendiquent en principe leurs attaques rapidement.