Cet article date de plus de six ans.

A Peshawar, la chasse aux rats est ouverte, et rémunérée

Rage, peste, bébés mordus à mort sont le fait de rats qui pullulent dans les rues de Peshawar. Les autorités ont réagi, lançant une chasse aux rats rémunérée. Une chance pour Naseer. Chauffeur de taxi dans la journée, la nuit il se transforme en super héros pourfendeur des rongeurs. Une action de santé publique pas si anecdotique que ça qui désormais sera rémunérée
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Rats se désaltérant. (TONY HASSLER / TIPS / PHOTONONSTOP)

Article initialement publié le 1er août 2014
Le fléau de Peshawar mesure 25 centimètres de long avec une queue de même taille, il pèse dans les 350 grammes et se reproduit dès l'âge de 3 mois. C'est une véritable invasion que connaît la ville pakistanaise du fait de ses décharges à ciel ouvert. Les rongeurs prolifèrent notamment le long de l'égout à ciel ouvert traversant la ville. Or le rat, en plus de véhiculer diverses maladies graves, s'attaque à tout ce qu'il peut, réserves de magasins, maisons dont il fragilise les fondations, nourriture qu'il souille quand il ne la vole pas, et bébés dans leur berceau. D'ailleurs, le ministre de la province Inayatullah Khan, a confirmé la mort d'au moins cinq bébés ces trois dernières années, des suites de morsures de rats.

Les autorités ont réagi à cette menace sanitaire
Un maire de district, Arbab Mohammad Asim a déclaré à l'AFP : «Nous recevons des plaintes en permanence et c'est pourquoi nous avons annoncé des récompenses.» Le métier de trappeur est promis à un bel avenir. Le montant de la prime a été fixé à 25 roupies (0,25 euro) par animal. Dans certains secteurs, la prime est de 300 roupies (3 euros). L'objectif est clairement d'éradiquer les rongeurs dont la taille chez certains fait peur aux chats dit-on.

Une chasse qui va faire plaisir à Naseer Ahmad. Depuis deux ans, il a décidé de s'attaquer personnellement au problème pour débarrasser la ville de ses dangereux envahisseurs. Il a donc mis en place un véritable plan de bataille: il chasse, éradique, mène sa guerre, armé d'un seau, d'une pince, avec ses fillettes pour fantassins, et secondé par une population reconnaissante.


Naseer s'est fixé des objectifs d'ennemis à abattre, mais la partie adverse à l'avantage du nombre, qui croît sans cesse et de façon quasi exponentielle.
Quelle sera l'issue de ce combat ?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.