L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh

"Nous voulons rétablir notre intégrité territoriale, nous le faisons et allons le faire", a déclaré le président azerbaïdjanais Ilham Aliev mercredi. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev à Bakou (Azerbaïdjan), le 27 septembre 2020.  (AZERBAIJANI PRESIDENCY / HANDOUT / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le président azerbaïdjanais a juré, mercredi 30 septembre, de poursuivre les opérations militaires jusqu'au retrait des forces arméniennes du Nagorny Karabakh, région séparatiste soutenue par Erevan, théâtre d'un conflit armé sanglant depuis quatre jours.

"Nous avons une seule condition, le retrait total, inconditionnel et sans délai des forces armées de l'Arménie de notre terre. Si le gouvernement de l'Arménie accepte cette condition, les combats s'arrêteront, le sang arrêtera de couler", a dit le président Ilham Aliev après avoir rendu visite à des militaires blessés dans un hôpital.

Nous voulons rétablir notre intégrité territoriale, nous le faisons et allons le faire

Ilham Aliyev, le président azerbaïdjanais

Plus tôt, la diplomatie azerbaïdjanaise avait fait savoir aux médiateurs du conflit, le Groupe de Minsk (Russie, Etats-Unis, France) constitué au sein de l'OSCE, que Bakou était déterminé à combattre.

La Turquie s'était déclarée mardi déterminée à aider l'Azerbaïdjan à "recouvrer ses terres occupées et à défendre ses droits et intérêts selon le droit international" dans le Nagorny Karabakh.

Emmanuel Macron a réagi mercredi, se disant "préoccupé" par les déclarations "guerrières" de la Turquie. "J'ai noté les déclarations politiques de la Turquie qui, je pense, sont inconsidérées et dangereuses", a dit le chef de l'Etat, lors d'une conférence de presse dans la capitale lettone Riga.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.