Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Livraison de Mistral à la Russie : "aucune décision n'est prise", selon Hollande

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
François Hollande et Vladimir Poutine évoquent les Mistral, à Erevan
REUTERS
Article rédigé par
France Télévisions

Le président s'est entretenu avec son homologue russe, afin d'aborder cet épineux dossier. 

François Hollande et Vladimir Poutine s'apprêtent à régler la question de la vente controversée par la France des Mistral à la Russie. Les deux chefs d'Etat se sont rencontrés vendredi 24 avril à Erevan (Arménie), en marge des commémorations du centenaire du génocide arménien. 

Le président français a assuré à l'issue d'un entretien avec son homologue russe qu'aucune décision définitive n'avait été prise. "Pour ce qui concerne le Mistral (...) j'en ai fixé les bases : soit le Mistral est livré, ce qui n'est pas aujourd'hui notre décision, soit il est remboursé dans les formes que nous avons à discuter", a-t-il déclaré, réaffirmant la position exprimée cette semaine. "C'est aussi simple que cela, et, pour l'instant, aucune décision n'est prise", a-t-il ajouté à l'occasion d'une conférence de presse. 

Une solution "acceptable"

Selon une source russe proche des discussions, les deux chefs d'Etat sont proches d'un accord sur l'annulation du contrat de livraison de deux navires de guerre, ainsi que sur le remboursement des sommes déjà engagées par Moscou. 

François Hollande a proposé une solution "acceptable" qui permettrait à la France de "sauver la face" dans cet épineux dossier qui empoisonne les relations entre les deux pays, a précisé cette source, sans donner plus de précisions.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Génocide arménien

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.