Emmanuel Macron demande le "retrait immédiat" des troupes azerbaïdjanaises en Arménie

Le chef de l'Etat a insisté, jeudi dans la soirée, sur "la nécessité d'un retrait immédiat des troupes azerbaïdjanaises du territoire arménien", après que le Premier ministre, Nikol Pachinian, a accusé l'armée de l'Azerbaïdjan d'avoir violé la frontière de l'Arménie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République, Emmanuel Macron, le 12 mai 2021 au palais de l'Elysée, à Paris. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS)

Emmanuel Macron appelle au calme. Le président de la République a insisté, jeudi 13 mai dans la soirée, sur "la nécessité d'un retrait immédiat des troupes azerbaïdjanaises du territoire arménien", après que le Premier ministre de l'Arménie, Nikol Pachinian, a accusé l'armée azerbaïdjanaise d'avoir violé la frontière arménienne et de s'être infiltrée dans le sud du pays. "Le président de la République a rappelé l'attachement de la France à l'intégrité territoriale de l'Arménie", a précisé la présidence française dans un communiqué.

Le chef de l'Etat s'est entretenu avec le Premier ministre arménien, jeudi, au sujet "des développements en cours à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan", alors qu'Erevan accuse Bakou de chercher à conquérir de nouveaux territoires, en plein regain de tensions entre ces deux pays ennemis jurés. "C'est une infiltration subversive", a lancé Nikol Pachinian lors d'une réunion extraordinaire de son conseil de sécurité, selon des propos cités dans un communiqué officiel.

Conflit autour du sort du Haut-Karabakh

L'Azerbaïdjan et l'Arménie se sont affrontés à l'automne 2020 pour le contrôle de la région indépendantiste du Haut-Karabakh, un conflit qui s'est soldé par plus de 6 000 morts et une défaite d'Erevan, qui a dû rétrocéder d'importants territoires à Bakou. L'Azerbaïdjan a bénéficié notamment du soutien militaire de la Turquie.

Malgré un cessez-le-feu signé sous l'égide de Moscou et le déploiement de soldats de la paix russes, les tensions persistent dans la région.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arménie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.