Arabie saoudite : une candidate élue à La Mecque aux premières élections ouvertes aux femmes

Une Saoudienne a été élue samedi dans la région de La Mecque aux premières élections ouvertes aux femmes, électrices et candidates, dans le royaume ultra-conservateur d'Arabie saoudite. 

Une Saoudienne dépose son bulletin de vote, à Djeddah (Arabie saoudite), le 12 décembre 2015.
Une Saoudienne dépose son bulletin de vote, à Djeddah (Arabie saoudite), le 12 décembre 2015. (- / AFP)

C'est une première. Une Saoudienne a été élue dans la région de La Mecque aux premières élections ouvertes aux femmes, électrices et candidates, dans le royaume ultra-conservateur d'Arabie saoudite. Salma bent Hizab al-Oteibi a été élue, samedi 12 décembre, pour siéger au conseil municipal de Madrakah, localité de la région de La Mecque, premier lieu saint de l'islam, précise le président de la commission électorale locale, en annonçant les premiers résultats du scrutin municipal. 

Des élections municipales se sont tenues samedi en Arabie saoudite qui était le dernier pays au monde à dénier à ses citoyennes le droit de voter ou de se porter candidate à un scrutin. Ce royaume, régi par une version rigoriste de l'islam, est l'un des plus restrictifs au monde pour les femmes qui n'ont pas le droit de conduire et doivent obtenir l'accord d'un homme - un tuteur - pour travailler ou voyager.

Des assemblées aux pouvoirs limités

Samedi, les électeurs et, pour la première fois, les électrices devaient choisir entre 6 000 candidats hommes et 900 femmes. Tous briguaient un siège dans les 284 conseils municipaux, des assemblées aux pouvoirs limités qui sont les seules dans le royaume à être composées de représentants élus.

Dans sa circonscription, Salma bent Hizab al-Oteibi était en compétition avec sept hommes et deux femmes, selon Oussama al-Bar. "La participation des femmes aux conseils municipaux" témoigne entre autres "du souci et de l'intérêt de l'Etat à impliquer davantage ces conseils dans le développement du pays", a ajouté le président de la Commission électorale locale.