Cet article date de plus de dix ans.

Anna Hazare, qui faisait la grève de la faim à New Delhi pour protester contre la corruption, a mis fin à son action

Après treize jours de jeûne, le militant a bu quelques gorgées de lait de noix et de miel devant des dizaines de milliers de partisans rassemblés sur une esplanade du centre de la ville.Anna Hazare, qui a fortement ébranlé le pouvoir avec cette action, a accepté de cesser sa grève de la faim après avoir arraché des concessions aux parlementaires.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le militant anti-corruption Anna Hazare rompt un jeûne de treize jours (New Delhi, 28 août 2011) (AFP / Sajjad Hussain)

Après treize jours de jeûne, le militant a bu quelques gorgées de lait de noix et de miel devant des dizaines de milliers de partisans rassemblés sur une esplanade du centre de la ville.

Anna Hazare, qui a fortement ébranlé le pouvoir avec cette action, a accepté de cesser sa grève de la faim après avoir arraché des concessions aux parlementaires.

"Cette manifestation a été une leçon pour le monde", a lancé Anna Hazare à la foule, avant de prononcer un discours retransmis en direct à la télévision nationale.

Sa campagne anticorruption a eu un succès immense auprès des classes moyennes urbaines et des populations rurales, révoltées par la corruption endémique qui frappe le pays.

Le Parlement indien a finalement accepté un dispositif légal qui renforcera la lutte contre la corruption et qui devrait être bientôt voté.

Ce dispositif concerne le projet de loi visant à créer un poste de médiateur pour surveiller les hommes politiques. Anna Harare demandait un durcissement du projet.

Finalement, un médiateur de la République sera nommé dans chacun des 29 Etats de l'Union indienne et ses pouvoirs s'étendront à tous les fonctionnaires du gouvernement. Une "charte du citoyen" expliquera à tous les droits du peuple.

Lire aussi

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.