VIDEO. Fusillade aux Etats-Unis : "Nos pensées et nos prières ne suffisent pas", dénonce Obama

Un homme armé a tiré sur des étudiants faisant dix morts et sept blessés sur le campus d'une université de l'Oregon. 

REUTERS

Les fusillades sont devenues "une routine" aux Etats-Unis. Barack Obama s'est montré amer et lassé après la tuerie qui a coûté la vie à dix personnes sur un campus universitaire de l'Oregon, jeudi 1er octobre. Le président américain s'est une nouvelle fois prononcé pour un contrôle plus strict des armes à feu aux Etats-Unis.

Quelques heures plus tôt, un homme armé avait tiré sur des étudiants avant d'être abattu par les forces de l'ordre. Les autorités locales, qui avancent un bilan de 10 morts, n'ont pas précisé sur le tireur était inclus dans ce décompte.

Obama dénonce une triste exception américaine

Visiblement excédé, Barack Obama a fustigé dans son discours l'attitude du lobby américain des armes à feu qui bloque, selon lui, toute réforme du contrôle des armes. Anticipant leur argumentaire selon lequel le problème ne vient pas de la circulation des armes, mais du suivi des personnes dangereuses, malades ou fragiles psychologiquement, le président américain a répondu : "Nous ne sommes pas le seul pays sur Terre où il y a des gens qui sont malades et qui veulent faire du mal aux autres. Mais nous sommes le seul pays développé où l'on voit aussi souvent de tels massacres."

"Comme je l'ai dit il y a quelques mois, et comme je l'avais déjà dit quelques mois auparavant, et comme je le dis à chaque fois que nous assistons à un de ces massacres, nos pensées et nos prières ne suffisent pas", a-t-il insisté, avant de demander l'adoption d'une loi sur le contrôle des armes à feu. 

Le président américain, Barack Obama, intervient à la Maison-Blanche, à Washington, après une fusillade qui a fait 10 morts dans une université de l\'Orégon (Nord-Ouest), jeudi 1er octobre 2015. 
Le président américain, Barack Obama, intervient à la Maison-Blanche, à Washington, après une fusillade qui a fait 10 morts dans une université de l'Orégon (Nord-Ouest), jeudi 1er octobre 2015.  (MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)