Cet article date de plus de huit ans.

Etats-Unis : un exemplaire de "Mein Kampf" dédicacé par Hitler adjugé 65 000 dollars

Onze personnes ont participé à l'enchère, à Los Angeles.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La dédicace présente sur l'un des deux volumes de "Mein Kampf" vendus aux enchères, le 27 février 2014 à Los Angeles (Californie). (FREDERIC J. BROWN / AFP)

Et dire que la maison d'enchères en attendait 25 000 dollars (18 000 euros)... Deux volumes du pamphlet d'Adolf Hitler Mein Kampf, signés par l'auteur, ont été vendus aux enchères à Los Angeles pour près de 65 000 dollars (47 400 euros), a annoncé jeudi 27 février la maison d'enchères Nate D. Sanders Auctions.

Les deux volumes de l'ouvrage, qui esquisse l'idéologie vivement antisémite du régime nazi, sont signés de la main d'Hitler et dédicacés à Josef Bauer, l'un des premiers membres du parti nazi et l'un des proches du futur Führer. Dans les dédicaces, datées de 1925 et 1926, Hitler souhaite un joyeux Noël à Bauer, l'un des participants au putsch manqué de Munich, en 1923, qui avait valu à Hitler plusieurs mois de prison, pendant lesquels il écrivit son ouvrage, en 1924.

Une veste en cuir vendue 7 300 euros

Onze personnes ont participé à l'enchère sur le livre. Pendant la séance a également été vendue, pour 10 068 dollars (7 346 euros), une veste en cuir ayant appartenu à Albert Speer, architecte en chef et ministre de l'Armement et de la Guerre d'Hitler. Après le conflit, la veste avait été récupérée par un soldat allié du nom de Ralph, qui avait écrit à sa mère en mai 1945: "J'ai fouiné dans l'énorme maison d'un haut dignitaire nazi".

"Pour toi, j'ai trouvé un collier en or. Et pour papa, j'ai une belle veste en cuir. J'ai aussi pris un manteau sans symbole nazi. Malheureusement, le nom du nazi Albert Speer est imprimé dans la veste", précisait-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.