Cet article date de plus de neuf ans.

Avion Paris-Charlotte dévié : la Française sera renvoyée sans poursuites

Une passagère française du vol US Airways Paris-Charlotte (Etats-Unis) a été arrêtée après avoir "fait passer un mot à un membre de l'équipage qui disait qu'elle portait un engin implanté de façon chirurgicale".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La passagère française a été arrêtée à sa descente de l'avion à l'aéroport de Bangor (Maine). (PASCAL PAVANI / AFP)

La Française de 41 ans dont le comportement suspect avait provoqué, mardi 22 mai, l'atterrissage d'urgence d'un vol transatlantique, sera renvoyée en France sans poursuites judiciaires, a annoncé mercredi le ministère américain de la Justice. Le procureur fédéral Thomas Delahanty a informé un tribunal du Maine (nord-est) que, "sur la base d'une enquête poussée, aucune plainte au pénal ne serait déposée contre elle" mais qu'elle serait placée dans un centre de rétention "en vue d'être renvoyée en France".

Mardi, cette passagère française du vol US Airways Paris-Charlotte (sud-est des Etats-Unis) a été arrêtée après avoir "fait passer un mot à un membre de l'équipage qui disait qu'elle portait un engin implanté de façon chirurgicale", avait indiqué un élu du Congrès. Son avion avait été dévié vers Bangor (Maine, nord-est des Etats-Unis), où des policiers l'attendaient.

Née au Cameroun, elle "voyageait sans bagage enregistré" et devait effectuer une visite de dix jours aux Etats-Unis. Un peu plus tôt mardi, US Airways avait précisé que l'avion, qui transportait 179 passagers et 9 membres d'équipage, avait "atterri sans incident" à Bangor. "Un passager a eu un comportement suspect durant le vol. Par mesure extrême de sécurité, le vol a été dévié vers l'aéroport de Bangor où il a été accueilli par les forces de l'ordre", avait annoncé la compagnie. Selon un responsable américain, cette femme n'appartenait pas à un réseau terroriste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.