Etats-Unis : un port tente de faire fuir des lions de mer avec une orque en plastique

Si l'initiative semblait efficace sur le papier, le faux prédateur n'a pas réussi à effrayer les animaux, qui refusent de quitter le port et menacent son activité.

Des lions de mer sur un ponton à San Francisco (Californie, Etats-Unis), le 4 mai 2015.
Des lions de mer sur un ponton à San Francisco (Californie, Etats-Unis), le 4 mai 2015. (ROBERT GALBRAITH / REUTERS)

Willy n'a sauvé personne. Le port d'Astoria, dans l'Oregon (Etats-Unis), cherche à se débarrasser des milliers de lions de mer qui prennent le soleil sur ses quais. La ville a donc fait fabriquer une fausse orque pour tenter de les effrayer : l'épaulard est un prédateur naturel du lion de mer. Mais une première tentative, jeudi 4 juin, s'est soldée par un échec cuisant, relaté sur Twitter par le photographe d'un journal local.

 

"L'orque d'Astoria est enfin arrivée à l'East End Mooring Basin."

 

"On dirait que le courant est un peu fort pour l'orque, donc elle est remorquée."

 

"La fausse orque s'est retournée. Le pilote a été secouru."

 

"Willy prend l'eau maintenant..."

 

"Willy est le ventre en à l'air. Les lions de mer ne bronchent pas. C'est fini."

"Des milliers d'emplois menacés", selon le directeur du port

L'engin en plastique sert, à l'origine, à faire la publicité d'une société qui organise des croisières pour observer les baleines, raconte The Oregonian. "Nous n'avons pas les ressources financières pour construire des barrières, déplore le directeur du port d'Astoria sur le site de la BBCNous n'avons pas d'autre choix que de rechercher des solutions créatives et low-cost." 

Habituellement, les lions de mer quittent la ville quand le temps se réchauffe, mais pas cette année. Le directeur estime que "des milliers d'emplois sont menacés" par les mammifères, qui perturbent la pèche, l'activité économique principale d'Astoria. Si la première tentative de les faire fuir a échoué, l'orque devait retenter une sortie, vendredi.