Cet article date de plus de six ans.

Un juge nommé dans le dossier contre la présidente argentine Cristina Kirchner

Daniel Rafecas, un magistrat respecté, sera chargé du dossier dans lequel Cristina Kirchner est soupçonnée d'entrave à la justice. Ces accusations avaient été lancées par le procureur Alberto Nisman, retrouvé mort le 18 janvier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La présidente argentine, Cristina Kirchner, à Pékin (Chine), le 4 février 2015. (ROLEX DELA PENA / AFP)

L'homme est un magistrat respecté en Argentine. Le juge Daniel Rafecas sera chargé du dossier dans lequel la présidente Cristina Kirchner est soupçonnée d'entrave à la justice. Des accusations lancées par le procureur Alberto Nisman, retrouvé mort le 18 janvier à la veille de son audition devant le Congrès.

Un dossier lié à un attentat commis en 1994

Daniel Rafecas, spécialiste de l'Holocauste, et deux autres juges se sont tour à tour déclarés incompétents dans cette affaire. Mais le président de la Chambre fédérale, Martin Irurzun, a tranché, mercredi 4 février, en sommant Rafecas de se saisir du dossier controversé.

Le 14 janvier, le procureur Alberto Nisman avait remis à la justice un dossier de plus de 300 pages dans lequel il accusait le pouvoir argentin d'avoir favorisé l'impunité de dirigeants iraniens, soupçonnés d'avoir commandité l'attentat contre la mutuelle juive AMIA. Commise en 1994 à Buenos Aires, l'attaque avait fait 85 morts.

Les circonstances de la mort du procureur toujours pas élucidées

Nisman, à la tête depuis 2004 d'un parquet spécial pour élucider cet attentat, soupçonnait notamment Cristina Kirchner, le ministre des Affaires étrangères Hector Timerman et le secrétaire général de la Campora (le mouvement des jeunesses kirchnéristes) Andrés Larroque et se disait en possession d'écoutes téléphoniques compromettantes.

L'enquête n'a pas déterminé jusqu'à présent les circonstances de la mort du procureur. Les éléments rendus publics laissent penser à un suicide, mais les Argentins n'y croient pas. La majorité est convaincue qu'il a été assassiné, que le pouvoir est impliqué et que l'affaire ne sera jamais élucidée, selon un sondage.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.