Cet article date de plus de huit ans.

Ce qu'il faut savoir de la fusillade au Texas, en marge d'un concours de caricatures de Mahomet

Deux individus armés ont ouvert le feu sur un bâtiment où se tenait un concours de caricatures de Mahomet, dimanche 3 mai. La police a répliqué et abattu les suspects.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Deux hommes sont morts dans une fusillade, près d'un concours de caricatures de Mahomet à Garland, au Texas (Etats-Unis), le 3 mai 2015. (MIKE STONE / REUTERS)

Ils ont fait irruption alors que se tenait un concours de caricatures de Mahomet. Deux hommes armés se sont attaqués, dimanche 3 mai à Garland (Texas, Etats-Unis), à un bâtiment où se tenait un événement organisé par l'association American Freedom Defense Initiative, une organisation connue pour ses positions anti-islam. Ils ont été abattus par la police.

Francetv info revient en détail sur cette fusillade.

Que s'est-il passé ?

Deux hommes "se sont approchés en voiture" du Curtis Culwell Center de Garland, une ville de la grande banlieue de Dallas (Texas), alors que s'achevait un concours de caricatures de Mahomet, indique un communiqué de la ville posté sur Facebook (en anglais). Ils ont alors "ouvert le feu" contre un officier de sécurité municipal.

As today’s Muhammad Art Exhibit event at the Curtis Culwell Center was coming to an end, two males drove up to the front...

Posted by City of Garland, Texas Government on dimanche 3 mai 2015

Deux policiers ont immédiatement répliqué et ont abattu les deux hommes, ajoute le communiqué, qui souligne que la vie de l'agent de sécurité blessé n'est pas en danger. Selon la police de Garland, leur véhicule pourrait contenir des explosifs, et une équipe de démineurs a été dépêchée sur place. Les commerces environnants ont été évacués, de même que le centre où se déroulait l'événement.

Le porte-parole de la police de la ville, Joe Harn, a indiqué lors d'une conférence de presse que la zone ne paraissait plus faire l'objet de menaces, mais que des hélicoptères de la police patrouillaient.

Qui sont les deux tireurs ?

Selon SITE, une organisation spécialisée dans la surveillance des sites jihadistes, un homme se revendiquant du groupe Etat islamique (EI) a affirmé sur Twitter que l'attaque avait été perpétrée par deux sympathisants de l'organisation jihadiste.

Dans une série de tweets datés du 3 mai, l'homme, nommé Abu Hussain Al-Britani (qui serait, selon SITE, le nom du jihadiste britannique de l'EI Junaid Hussain), affirme que "deux de nos frères ont ouvert le feu contre l'exposition artistique du prophète Mahomet au Texas".

"Ils pensaient qu'ils étaient à l'abri des soldats de l'Etat islamique au Texas", ajoute-t-il. Il avait auparavant retweeté ce qui paraît être un message de revendication des assaillants, se qualifiant de "moudjahidines".

En quoi consistait l'événement organisé ?

Le concours de caricatures organisé par l'American Freedom Defense Initiative était présenté comme un événement "pour la liberté d'expression". L'homme politique néerlandais populiste et nationaliste Geert Wilders, célèbre pour ses diatribes anti-islam, y était invité.

Dans un courriel à l'AFP, ce dernier s'est déclaré "choqué" et a dénoncé une "atteinte aux libertés de tous". Précisant être "en sûreté", il a indiqué qu'il "venait de parler pendant une demi-heure des caricatures, de l'islam et de la liberté d'expression et venait de quitter les locaux". "J'espère que l'officier de sécurité va bien", a-t-il ajouté. Il a également posté ce tweet : "Photo prise avant la fusillade. Grâce à Dieu, les héros de la Swat-team [unité d'élite de la police] ont évité le pire."

Dans une interview à la chaîne Fox, l'organisatrice de l'événement, Pamela Geller, a indiqué que plus de 300 personnes assistaient à l'événement et avaient été placées en sécurité. Selon elle, ce "terrible incident montre à quel point une conférence sur la liberté d'expression est importante". Le site internet de l'organisation indique avoir voulu "simplement exercer le droit de s'exprimer" en organisant ce concours.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.