Pour faire économiser de l'argent à l'administration américaine, il conseille de changer de typographie

Un adolescent américain de 14 ans a découvert que certaines polices de caractères consomment moins d'encre que d'autres. Il a calculé que les économies réalisables peuvent se chiffrer en millions.

Une personne change les cartouches d\'encre de son imprimante, le 13 novembre 2007 en Allemagne.
Une personne change les cartouches d'encre de son imprimante, le 13 novembre 2007 en Allemagne. (ARMIN WEIGEL / DPA / AFP)

Changer de police. Tout simplement. Suvir Mirchandani cherchait le moyen de faire réaliser des économies à son collège de la région de Pittsburgh dans le nord est des Etats-Unis. Soucieux de l'environnement et désireux de promouvoir le développement durable à travers l'informatique, cet adolescent américain de 14 ans a décidé de s'attaquer à la consommation d'encre lors de l'impression de documents. Et il a fait une découverte : il est possible d'économiser des sommes conséquentes en optant pour une police d'écriture plus fine et donc moins gourmande en encre, raconte CNN (en anglais).

"L'encre est deux dois plus chère qu'un parfum français pour la même quantité", affirme le collégien. En mesurant, à l'aide d'un logiciel, la quantité de liquide consommée pour chaque lettre lors de l'impression, il a calculé que la police de traitement de texte Garamond était la moins consommatrice en encre, comparée aux très employées Times New Roman, Century Gothic ou Comic Sans.

Près de 30% d'économie possible

 

En optant pour la police Garamond, il a estimé que son collège consommerait 24% d'encre en moins lors de l'impression. Cela représenterait une économie d'un peu plus de 15 000 euros par an.

Encouragé par l'un de ses professeurs, Suvir Mirchandani a même publié ses travaux dans une revue scientifique Journal for Emerging Investigators, fondée par un groupe d'étudiants da la prestigieuse université de Harvard. Il a alors changé d'échelle, passant du collège à l'Etat fédéral américain.

Selon les informations délivrées par l'administration des services généraux, l'Etat dépense 467 millions de dollars en cartouches d'encre. Suvir Mirchandani a chiffré l'économie réalisable à près de 30%, soit 136 millions de dollars par an.