Pérou : un couvre-feu instauré dans la capitale après des manifestations violentes

Des affrontements entre les manifestants et la police ont éclaté lundi dans plusieurs zones du Pérou, en marge d'un mouvement de grève lancé par les transporteurs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des heurts opposent des manifestants et la police à Ate, près de Lima (Pérou), le 4 avril 2022. (GIAN MASKO / AFP)

Un couvre-feu a été instauré mardi 5 avril à Lima, la capitale du Pérou, après des manifestations violentes des transporteurs contre la hausse des prix du carburant. La mesure concerne également la ville portuaire voisine de Callao. Le couvre-feu entre en vigueur à l'aube et sera maintenu jusqu'à minuit face aux "faits de violence que certains groupes ont voulu susciter" et afin de "rétablir la paix et l'ordre", a annoncé le président péruvien, Pedro Castillo, lors d'une allocution télévisée diffusée lundi soir.

Des affrontements entre les manifestants et la police ont éclaté lundi dans plusieurs zones du Pérou, en marge d'un mouvement de grève lancé par les transporteurs. La mobilisation, qui a provoqué des blocages routiers et une suspension des cours dans plusieurs régions, a été déclenchée par la hausse du coût du carburant et des péages, ainsi que des prix alimentaires. Elle a aussi donné lieu à des scènes de pillage dans des magasins.

"Je lance un appel au calme, à la sérénité. La protestation sociale est un droit constitutionnel mais il doit s'exercer dans le respect de la loi", a souligné Pedro Castillo, dont le gouvernement a supprimé un impôt sur les carburants dans une volonté d'apaisement. Il s'agit du premier conflit social qu'affronte le chef de l'Etat de gauche depuis son élection, en juillet 2021.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.