Militaires français déployés aux Bahamas : "Des missions de transport, de déblaiement, de réparation et de sécurisation"

Comme elle l'avait fait après le passage de l'ouragan Irma sur les Antilles en septembre 2017, l'armée française envoie plusieurs dizaines d'hommes aux Bahamas frappés par Dorian. Les précisions du porte-parole de l'état-major des Armées.

Un aperçu des dégâts à Marsh Harbour, dans les Bahamas, le 5 septembre 2019 après le passage de l\'ouragan Dorian 
Un aperçu des dégâts à Marsh Harbour, dans les Bahamas, le 5 septembre 2019 après le passage de l'ouragan Dorian  (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

Un détachement composé d'une cinquantaine de militaires français va être déployé aux Bahamas, ravagés par l'ouragan Dorian, qui a fait au moins 43 morts sur place et de nombreux disparus. "Ces équipes pourront participer à des missions de logistique, de transport, de déblaiement mais également de réparation", a expliqué dimanche matin sur franceinfo le porte-parole de l'état-major des Armées, le colonel Frédéric Barbry. L'objectif des militaires français, qui seront acheminés sur place à bord d'un navire de la marine néerlandaise, est de "secourir le plus efficacement possible les populations touchées".

franceinfo : Ces militaires français sont-ils prêts à faire face aux conditions difficiles qui les attendent aux Bahamas, où le bilan pourrait-être extrêmement lourd ?

Colonel Frédéric Barbry : Ce sont des équipes qui pourront participer à des missions de logistique et de transport des missions de déblaiement mais également de réparation. On peut concevoir des missions de reconnaissance et de surveillance de certaines zones ainsi que la mise en place - le cas échéant - de la sécurisation de points particuliers voués au regroupement ou à l'évacuation. Le tout étant de secourir le plus efficacement possible les populations touchées.

Ce détachement devrait arriver sur zone mercredi ou jeudi prochain, quelles seront ses priorités ?

Le détachement français sera effectivement présent sur zone dans quatre jours. Il est encore un peu tôt pour pouvoir évoquer les différentes missions qui seront réalisées sur zone. Il s'agira d'attendre au préalable les différentes reconnaissances afin d'affecter au mieux les missions aux militaires français qui pourront réaliser des types de missions que je viens d'évoquer : logistique, transports, déplacements, réparations, reconnaissance et surveillance. Nous embarquons du matériel qui sera acheminé sur place et qui sera bien évidemment utile aux militaires dans le cadre de la réalisation de leur mission avec notamment la présence de plusieurs véhicules.

C'est une mission qui est un peu comparable à celle qui avait été déployée à Saint-Martin et Saint-Barthélémy après le passage de l'ouragan Irma ?

Oui, c'est une mission tout à fait comparable à celle qui avait été réalisée lors de la crise Irma. C'est également une première réponse qui a été rendue possible par des entraînements d'ampleur et réguliers, qui sont désormais conduits par les armées françaises conjointement avec leurs partenaires régionaux dont les Pays-Bas. D'ailleurs, le détachement qui se déploie et embarque aujourd'hui à destination des Bahamas était affecté pour un exercice en coopération avec nos alliés néerlandais. Un exercice qui visait également à améliorer les capacités de réponse conjoint face à une situation de crise.

Combien de temps le détachement militaire français va-t-il rester sur zone ?

ll est encore trop tôt pour juger et anticiper la durée du déploiement de ce détachement particulier. Nous verrons une fois sur zone ce qui sera envisageable.