Cet article date de plus de huit ans.

Obama sur le débat face à Romney : "J'ai été trop poli"

Le président américain admet avoir perdu le débat face au candidat républicain.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Barack Obama lors d'un discours à Columbus (Ohio), le 9 octobre 2012. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)

PRESIDENTIELLE AMERICAINE - "Je pense que l'on peut dire que j'ai simplement été trop poli." Barack Obama a reconnu, mercredi 10 octobre, avoir perdu son débat face à Mitt Romney, son adversaire républicain dans la course à la Maison Blanche.

"Il y aura un peu plus d'action lors du prochain [débat]", a promis le président américain, candidat démocrate à sa réélection le 6 novembre, lors d'une émission de radio. "Le gouverneur Romney était dans une bonne soirée", avait auparavant reconnu Barack Obama sur la chaîne ABC. "J'étais dans une mauvaise soirée. Mais les éléments fondamentaux concernés par cette campagne n'ont pas changé."

Le débat a eu des effets durables au sein de l'opinion publique, comme l'a montré mercredi le sondage quotidien Reuters/Ipsos, qui place Mitt Romney en tête pour la première fois depuis plus d'un mois, avec 45% des intentions de vote contre 44% pour Barack Obama parmi les électeurs probables.

Débat sur l'avortement

La campagne de Barack Obama a semblé durcir le ton face à Mitt Romney depuis le débat du 3 octobre. Le camp démocrate a notamment accusé mercredi le candidat républicain d'être incohérent et malhonnête sur la question du droit à l'avortement.

Mitt Romney a déclaré mardi soir au Des Moines Register, un quotidien de l'Ohio, que son programme ne prévoyait "à sa connaissance" aucune mesure relative au droit à l'avortement, auquel la majorité des responsables républicains sont, dans une plus ou moins grande mesure, opposés.

Dans les heures qui ont suivi, Andrea Saul, porte-parole de Mitt Romney, a relativisé les propos de son candidat, en affirmant qu'il soutiendrait des mesures destinées à "mieux protéger la vie" et qu'il serait un président "pro-vie", le terme consacré pour désigner les adversaires de l'IVG.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.