Cet article date de plus de sept ans.

New York : un aveugle tombé sur les voies du métro s'en sort avec quelques égratignures

Deuxième miracle : grâce à une collecte en ligne, il va également pouvoir garder son chien, qui avait tenté d'empêcher sa chute.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cecil Williams et son chien Orlando, à l'hôpital, après avoir chuté sur les voies du métro, à New York, le 17 décembre 2013. (JOHN MINCHILLO / AP / SIPA)

Un miracle de Noël, à quelques jours près. A New York, un aveugle a survécu après être tombé sur les voies du métro, relate Fox News, mercredi 18 décembre. Mieux, grâce à une collecte en ligne, il va pouvoir garder son chien, qui avait tenté d'empêcher sa chute.

Tout a commencé mardi 17 décembre. Cecil Williams, 61 ans, souffre de diabète. Subitement, sur le quai du métro, à Harlem, il est pris d'un malaise. Son chien, Orlando, 10 ans, tente de le tirer en arrière. Mais l'homme s'évanouit, et tous les deux chutent sur les voies.

C'est alors qu'arrive une rame. Le conducteur actionne les freins en urgence. Trop tard. Le train poursuit sa course et passe au-dessus de l'homme et son chien. Des agents se précipitent et découvrent que les deux sont en vie. Ils les extirpent de sous le train. Par miracle, ils n'ont que quelques égratignures.

"C'est mon pote"

A quelques jours de Noël, l'histoire fait rapidement le tour de New York. Et, quand Cecil Williams raconte qu'il n'aura pas les moyens de garder Orlando quand le chien sera mis à la retraite, l'an prochain, et que son assurance cessera de couvrir les frais liés aux soins à lui apporter, un appel de fonds est immédiatement lancé sur internet.

Sur les sites indiegogo et gofundme, les dons affluent. Jeudi après-midi, ils dépassaient les 108 000 dollars (80 000 euros). Largement de quoi garder le chien. "La générosité, Noël, et tout ça, ça existe", s'est émerveillé Cecil Williams lors d'une conférence de presse à l'hôpital mercredi. "C'est un moment de réjouissance. Je ne sais pas quoi dire d'autre. J'apprécie que les gens se soient regroupés pour me permettre de garder Orlando. (...) C'est mon meilleur ami. C'est mon pote. Nous courons ensemble. Il me mène partout où j'ai besoin d'aller."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.