Cet article date de plus de dix ans.

Le ministère de la Justice américain piraté par Anonymous

L'administration a été victime d'une intrusion dans son système informatique par un blogueur se réclamant du collectif de hackers. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Conférence de presse au ministère de la Justice américain, le 21 décembre 2011 à Washington (Etats-Unis). (BENJAMIN MYERS / REUTERS)

Anonymous a encore frappé. Le ministère américain de la Justice, qui a déjà vu son site internet bloqué en début d'année, a de nouveau maille à partir avec ce groupe de pirates informatiques. C'est en tout cas ce que semble suggérer un post de blog. Le ministère a annoncé, lundi 21 mai, avoir été victime d'une intrusion dans son système informatique. Mardi, un blogueur se réclamant d'Anonymous a mis en ligne des données qu'il affirme avoir volé à cette même administration. 

Le ministère explique, dans un communiqué, qu'il est "en train d'examiner l'accès non autorisé à un serveur exploité par le Bureau des statistiques judiciaires qui contenait des données issues de son site internet public".

Enquête criminelle à venir

Le blogueur Jimmy89 annonce de son côté, sur son blog, la publication de "1,7 GB de données qui appartenaient au ministère de la justice des Etats-Unis", dans lequel se trouveraient un certain nombre de "perles", dont des courriers électroniques internes.

Se réclamant d'Anonymous, il explique : "Nous ne défendons aucun gouvernement ni aucun parti, nous défendons la liberté des personnes, la liberté d'expression et la liberté d'information. Nous publions ces données pour diffuser l'information, pour permettre aux gens d'être entendus et d'être au courant la corruption de leur gouvernement."

Le ministère a annoncé qu'il lancerait une enquête criminelle contre toute activité apparaissant comme illégale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.