Le Canada à la peine pour faire face à l'arrivée de centaines de réfugiés haïtiens fuyant les Etats-Unis

La peur que leur statut de protection temporaire aux Etats-Unis soit révoqué pousse les Haïtiens à franchir la frontière pour trouver refuge au Canada, et plus particulièrement au Québec.

Une famille arrivant au stade olympique de Montréal (Canada), le 2 août 2017. 
Une famille arrivant au stade olympique de Montréal (Canada), le 2 août 2017.  (CHRISTINNE MUSCHI / X01320)

C'est un afflux soudain et difficilement contrôlable. Les pouvoirs publics canadiens sont à la peine pour faire face à l'arrivée de centaines de réfugiés haïtiens qui fuient les Etats-Unis pour demander l'asile. En pleine période estivale, et après un flottement initial, le gouvernement a finalement repris la main, jeudi 3 août, pour gérer l'afflux de réfugiés à la frontière entre les Etats-Unis et la province canadienne du Québec. Les autorités ont été obligées de transformer l'emblématique stade olympique de Montréal en centre d'accueil de fortune. 

Après l'arrivée d'environ 500 migrants, mardi 1er août, par un petit chemin forestier aux abords du poste frontière de Lacolle (dans le sud du Québec), et plus de 300 mercredi, les réfugiés continuaient de fuir les Etats-Unis, engorgeant les services canadiens d'immigration. "D'une moyenne de 50 demandes [d'asile] par jour" pour la première moitié de juillet, "le rythme est passé à 150 demandes" depuis, a déclaré jeudi la ministre québécoise de l'Immigration, Kathleen Weil.

On est débordés !Kathleen Weil, ministre québécoise de l'Immigration

Après cette petite phrase alarmiste sur les radios locales jeudi, la ministre s'est ensuite voulue rassurante en conférence de presse. "Le gouvernement du Québec suit l'évolution de cette situation de près et travaillons en étroite collaboration avec le gouvernement fédéral", a assuré Kathleen Weil. En attendant, des solutions d'hébergement d'urgence ont dû être trouvées avec l'installation de 150 lits de camp dans les coursives du stade olympique qui a abrité les Jeux en 1976.

Fin de statut de protection temporaire aux Etats-Unis

Pourquoi une telle vague de réfugiés haïtiens ? C'est la conséquence de la perte prévue de leur Statut de protection temporaire (TPS) aux Etats-Unis. Ce TPS a été accordé à près de 60 000 Haïtiens après le séisme de 2010. Il a été prolongé, ce printemps, de six mois par l'administration Trump, et devrait donc se terminer en fin d'année. Sur les six premiers mois de l'année, ce sont 6 500 réfugiés qui ont été accueillis au Québec, un chiffre qui va gonfler avec l'afflux des Haïtiens. Mais la gestion de ces volumes n'inquiète pas le gouvernement fédéral qui a accueilli plus de 40 000 réfugiés syriens depuis fin 2015.

Face à cette situation critique, le Québec a demandé l'aide fédérale afin d'accélérer le traitement des demandes d'asile et de faciliter le passage "d'un hébergement temporaire à un logement permanent", a indiqué Kathleen Weil. La ministre de la province francophone a adressé trois requêtes au gouvernement canadien. Une première priorité, selon elle, est d'opérer "un triage à la frontière pour que les personnes se destinant à une autre province canadienne soient rapidement dirigées vers leur destination". En parallèle, le gouvernement fédéral doit "déployer des ressources supplémentaires pour un traitement rapide des demandes d'asile" avec la délivrance d'un permis de travail. Enfin, le Québec souhaite un partage des données nécessaires à la fourniture des services publics aux réfugiés, comme l'accès à la santé.