La Maison Blanche, plus chère qu'il y a quatre ans

La valeur immobilière de la Maison Blanche est estimée à 222 millions d'euros, en hausse de 1,5% par rapport à 2008, selon le site MarketWatch.

Le président Barack Obama et son vice-président, Joe Biden, jouent au golf sur la pelouse de la Maison Blanche, le 24 avril 2009 à Washington (Etats-Unis).
Le président Barack Obama et son vice-président, Joe Biden, jouent au golf sur la pelouse de la Maison Blanche, le 24 avril 2009 à Washington (Etats-Unis). (PETE SOUZA / WHITE HOUSE / AFP)

AMERIQUES – Non, la Maison Blanche n'est pas à vendre. Mais si elle devait l'être, son prix est déjà connu. La résidence du président des Etats-Unis est évaluée à 285 millions de dollars (222 millions d'euros), selon une estimation rapportée vendredi 2 novembre par le site américain MarketWatch (lien en anglais). Sous la présidence Obama, la valeur de la Maison Blanche a grimpé de 1,5% en quatre ans.

La hausse pourrait se poursuivre à un rythme de 1,1% l'année prochaine, sans toutefois atteindre le plus haut historique de la Maison Blanche, estimé à 300 millions de dollars (234 millions d'euros) en juin 2006. La raison de cette hausse, malgré la crise ? La présence de "services de santé, de gouvernement, d'éducation et militaires" à Washington, selon Stan Humphries, chef économiste chez Zillow, auteur des estimations.

Une autre estimation à 90 millions d'euros

Estimer la valeur de la Maison Blanche "relève presque du non-sens", reconnaît Stan Humphries. L'exercice s'appuie sur des modèles qui prennent en compte la valeur historique de certains bâtiments, qui peut tripler ou quadrupler leur prix. Selon une autre estimation du site Movoto (lien en anglais), qui ne tient pas compte de cette valeur historique, la Maison Blanche est évaluée entre 110 et 115 millions de dollars (86 et 90 millions d'euros).

Plus terre à terre, les agents immobiliers de Washington scrutent avec attention les résultats de l'élection présidentielle américaine. Une élection du républicain Mitt Romney entraînerait un grand turn-over au sein de la capitale, avec son lot de déménagements.