Cet article date de plus de douze ans.

La Chambre américaine des représentants a adopté le plan de relance de 825 milliards de dollars

Par 244 voix contre 188, le dispositif "exceptionnel" censé sauver l'économie américaine a franchi une étape décisive mercredi. Tous les démocrates, sauf 11, l'ont soutenu. Les élus républicains ont en revanche tous voté contre.Le Sénat va désormais débattre de sa propre version du texte, sans doute la semaine prochaine.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La Chambre des représentants US (France 2)

Par 244 voix contre 188, le dispositif "exceptionnel" censé sauver l'économie américaine a franchi une étape décisive mercredi. Tous les démocrates, sauf 11, l'ont soutenu. Les élus républicains ont en revanche tous voté contre.
Le Sénat va désormais débattre de sa propre version du texte, sans doute la semaine prochaine.

En l'état, le plan de relance prévoit 275 milliards de dollars d'allègements fiscaux et 550 milliards de dollars de dépenses publiques. Principales critiques des républicains sur le dispositif, trop de dépenses portant notamment sur la rénovation des routes et de ponts et la modernisation des soins de santé et pas assez de baisse d'impôts.
La prochaine étape est prévue la semaine prochaine avec l'examen du texte au Sénat. Barak Obama s'est dit "confiant" sur l'issue finale de son plan évoquant même son renforcement après son passage devant la Chambre Haute. "J'espère que nous pourrons continuer de le renforcer avant qu'il n'arrive sur mon bureau" a déclaré le tout nouveau Président américain, prêt à accepter des amendements pour diminuer notamment les taxes des petites entreprises, après modification du code des impôts.

Pour Barak Obama, il y a urgence. "Ce que nous ne pouvons pas faire, c'est traîner des pieds ou permettre que les divergences entre les partis se dressent sur notre chemin. Nous devons agir rapidement, avec audace, pour que les Américains se remettent au travail, et c'est exactement ce que ce plan commence à faire".

Le calendrier s'annonce serré. Le Sénat devra avoir bouclé l'adoption du plan d'ici la fin de la semaine prochaine afin que les élus des deux chambres s'accordent sur un texte définitif qui pourrait être transmis au président avant que le Congrès ne prenne des vacances à la mi-février. Barak Obama pourrait alors aussitôt le signer pour qu'il acquière force de loi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.