JO 2016 : les petites mains de Rio

Les Jeux Olympiques, c'est aussi une immense logistique. 3 500 personnes travaillent jour et nuit pour assurer le bon fonctionnement des épreuves.

France 2
Lorsque les supporters quittent les dernières compétitions ou que les athlètes reprennent des forces, le parc olympique ne dort jamais. La nuit va être courte pour ses ouvriers un peu spéciaux. Ils n'ont que quelques heures pour ajuster le moindre détail. "Je vérifie 14 000 sièges toutes les nuits", explique cet ouvrier. La natation finit, la piscine se mue en stade de water-polo dès le matin. 350 mètres de ligne à installer, 1000 mètres de câbles électriques à réviser et sous l'eau, un métier un peu particulier, un technicien caméra sous l'eau.

Ambianceurs à l'entrée du parc

A quelques kilomètres de là, sur le terrain de golf, 64 tondeuses ont travaillé toute la nuit. En tout, c'est une fourmilière de 3 500 personnes qui travaillent dans l'ombre des athlètes et des compétitions. Pour qu'au matin, des métiers incongrus prennent le relais : ambianceurs à l'entrée du parc ou professeur de recyclage. D'autres métiers sont un peu moins glamour en coulisse, comme ces agents de propreté.   
Le JT
Les autres sujets du JT