Héros de la guerre du Golfe, le général Norman Schwarzkopf est mort

La reconquête du Koweït en cent heures après près de deux mois de raids aériens lui a valu la gloire.

Norman Schwarzkopf (à gauche) en décembre 1990, lors de la guerre du Golfe.
Norman Schwarzkopf (à gauche) en décembre 1990, lors de la guerre du Golfe. (BOB SULLIVAN / FILE)

Il était surnommé "l'Ours" ou encore "Norm la tempête". Le général américain Norman Schwarzkopf, l'"un des plus grands chefs militaires de sa génération" selon l'ancien président George H.W. Bush, est mort jeudi 27 décembre à l'âge de 78 ans. Au cours de sa carrière, il avait reçu deux "Purple Hearts" pour des blessures reçues au Vietnam, trois "Silver Stars", trois "Bronze Stars" et la "Distinguished Service Medal", toutes remises pour sa conduite exceptionnelle au feu.

C'est la guerre du Golfe qui l'avait rendu célèbre. Lorsque Saddam Hussein avait envahi le Koweït en 1990, ce général quatre étoiles de l'armée de Terre avait dirigé le Centcom, le commandement américain chargé de tout le Moyen-Orient et de l'Asie du Sud-Ouest. C'est à ce titre qu'il avait pris la tête des plus de 500 000 soldats américains déployés en Arabie saoudite, et près de 200 000 hommes de la coalition internationale dans le cadre des opérations Bouclier du désert et Tempête du désert. La reconquête du Koweït en cent heures après près de deux mois de raids aériens lui avait valu la gloire.

Un "vrai patriote américain" pour George Bush "père"

D'autant que la guerre du Golfe a été le premier conflit suivi en temps quasi-réel par les médias. Entre août 1990 et mars 1991, son physique de colosse (1,95 m, 120 kilos) s'invitait fréquemment sur les écrans de télévision américains et du monde entier au côté du général Colin Powell, alors chef d'état-major des armées et principal conseiller militaire du président George H.W. Bush. Il avait pris sa retraite en août 1991, quelques mois après la fin du conflit. 

George Bush "père" a été le premier à réagir à l'annonce de sa mort. "Barbara et moi pleurons la mort d'un vrai patriote américain, l'un des plus grands chefs militaires de sa génération", a déclaré l'ancien président dans un communiqué, évoquant un "homme bon et honnête". Le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, a salué celui qui "a laissé une empreinte indélébile sur l'armée américaine et sur le pays"