Cet article date de plus de cinq ans.

"La liberté de choisir son orientation sexuelle" : la maladresse de François Hollande après la tuerie d'Orlando

Le chef de l'Etat a ensuite reformulé, lundi, son hommage aux victimes, devant l'indignation des internautes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Hollande, le 10 juin 2016 à l'hôtel de ville de Paris. (ETIENNE LAURENT / AFP)

Encore raté. Après avoir, comme une bonne partie de la classe politique française, omis de souligner l'aspect homophobe de la tuerie d'Orlando, François Hollande a rendu hommage aux victimes devant l'ambassade des Etats-Unis à Paris, lundi 13 juin. Mais après avoir correctement souligné la nature de l'attaque terroriste, il a dans la foulée ajouté une maladresse, qui n'est pas passée inaperçue.

"Je viens d'adresser au peuple américain le soutien de la France toute entière après l'effroyable tuerie homophobe d'Orlando. C'est l'Amérique qui a été frappée, mais c'est la liberté qui était visée : la liberté de choisir son orientation sexuelle et de déterminer son mode de vie", a ainsi lancé le chef de l'Etat.

"La liberté de choisir son orientation sexuelle" : la maladresse de François Hollande après la tuerie d'Orlando
France Télévisions

"Si on pouvait choisir sa sexualité, j'aurais réclamé trois mois d'essai"

Repris sur Twitter, cet hommage a suscité la colère de nombreux internautes, qui ont rappelé au président que l'homosexualité n'était pas un choix.

La "liberté de vivre son orientation sexuelle"

Face à l'indignation, le chargé des réseaux sociaux de l'Elysée a supprimé le tweet du président pour évoquer cette fois la "liberté de vivre son orientation sexuelle"

Ce changement de rhétorique a été salué par de nombreux utilisateurs de Twitter. Reste que les propos originaux, tenus devant les caméras, seront moins faciles à modifier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fusillade à Orlando

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.