Etats-Unis : ce que l'on sait de l'assassinat de deux journalistes en plein direct

Alison Parker et Adam Ward ont été abattus mercredi à Moneta, en Virginie. Le tireur, un ancien collègue, a mis fin à ses jours.

Capture d\'écran de la vidéo où deux journalistes sont assassinés en direct, le mercredi 26 août 2015.
Capture d'écran de la vidéo où deux journalistes sont assassinés en direct, le mercredi 26 août 2015. (WDBJ7-TV)

La mort en direct. Deux journalistes de la chaîne locale WDBJ7 ont été tués par balles, mercredi 26 août, à Moneta (Virginie, Etats-Unis), alors qu'ils étaient en direct à la télévision. Leur décès a été confirmé quelques minutes après le drame par leur employeur (en anglais). Le tireur, un ancien journaliste de la chaîne, a pris la fuite, puis il a tenté de se suicider. Il est finalement mort à l'hôpital.

>> Suivez les dernières informations en direct

Francetv info revient sur cette fusillade.

Que s'est-il passé ?

Journalistes pour la matinale de la chaîne WDBJ7, Alison Parker et Adam Ward étaient en train d'interviewer une femme dans un centre commercial. Il est 6h45 (12h45, heure de Paris) quand les coups de feu éclatent. Sur les images filmées par le caméraman de WDBJ7 avant qu'il ne soit tué, on voit la journaliste crier. Puis la caméra tombe au sol pendant que des tirs, au moins huit au total, retentissent. La caméra continue de filmer les jambes du tireur.

L'image est coupée. Sur le plateau, la présentatrice de l'émission en direct réagit avec stupeur. "Je ne suis pas sûre de ce qui est arrivé là, nous vous informerons dès que nous saurons d'où ces sons venaient", dit-elle.

Qui sont les victimes ?

Les victimes ont été identifiées par le directeur général de WDBJ7, Jeffrey Marks, comme étant Alison Parker, âgée de 24 ans, et Adam Ward, 27 ans. Selon le site de la chaîne locale (en anglais), ils étaient tous les deux originaires de la région. Leurs conjoints respectifs travaillent également à WDBJ7. La fiancée du caméraman a assisté à la scène depuis la régie. Le compagnon de la journaliste, un présentateur, a pris la parole sur Twitter.

La personne interviewée est la présidente de la chambre de commerce régionale de Smith Mountain Lake, Vicki Gardner. Selon WDBJ7, elle a été blessée dans l'attaque.

Qui est le tueur ?

Le tueur a été rapidement identifié. Selon le correspondant de France 2 à Washington, Jacques Cardoze, il s'agit d'un ex-journaliste de la chaîne, Vester Flanagan. A l'antenne, il utilisait le pseudonyme de Bryce Williams. Selon CNN (en anglais), il a travaillé pendant un an pour la chaîne, avant d'être licencié.

Quelques heures après la tuerie, un compte Twitter et un compte Facebook à son nom ont posté une nouvelle vidéo des faits, filmée par le tireur lui-même. On y voit un pistolet pointé sur les deux journalistes, sans qu'ils ne le remarquent, puis les premiers coups de feu. Selon les médias américains, Vester Flanagan a tenté de de suicider après une course-poursuite avec la police. Grièvement blessé, il est mort à l'hôpital, a finalement annoncé la police.

Quelles sont ses motivations ?

Le compte Twitter au nom du suspect qui a posté la vidéo évoque un différend avec Alison Parker. Mais, dans un document de 23 pages envoyé à ABC (en anglais), un homme qui se présente comme Vester Flanagan donne des motivations plus floues : des discriminations raciales et sexuelles, un ordre de Jéhovah et la tuerie de l'église de Charleston. "La fusillade de l'église a été le point critique... Mais ma colère s'est construite progressivement. J'ai été un baril de poudre pendant un moment, attendant juste d'exploser", écrit-il.

Quelle est la réaction des autorités ?

Après l'assassinat, la Maison Blanche a une nouvelle fois appelé le Congrès à légiférer pour mieux encadrer la vente et l'utilisation des armes à feu. "Si aucune loi ne mettra fin à toutes les violences dans ce pays, il y a des mesures de bon sens que seul le Congrès peut prendre et dont nous savons qu'elles auraient un impact tangible", a déclaré Barack Obama. Fusillade après fusillade, le président américain a exprimé plusieurs fois sa frustration face à l'absence d'avancées sur le contrôle des armes aux Etats-Unis.

Dans un communiqué, le gouverneur de Virginie, Terry McAuliffe, a estimé qu'il fallait "commencer à se poser des questions sur les manières d'éviter ces actes insensés à l'avenir". "Nous ne pouvons pas nous reposer avant d'avoir tout pour débarrasser notre société de ces violences par armes à feu que nous pouvons éviter", indique-t-il. La candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton s'est dite "en colère" sur Twitter. "Nous devons agir pour arrêter la violence par armes à feu et nous ne pouvons plus attendre", a-t-elle déclaré.

FRANCE 3