Espionnage américain : "Il y a beaucoup de mépris là-dedans"

France 3 reçoit dans le face à face du Grand Soir 3 Laurent Joffrin, le directeur de la rédaction de "Libération", et Nicolas Arpagian, expert en cybersécurité, pour revenir sur les révélations de WikiLeaks au sujet des écoutes de présidents français par la NSA.

FRANCE 3

La classe politique française s'indigne ce mercredi 24 juin après les révélations de WikiLeaks sur les écoutes par les services secrets américains de trois présidents français.

Pour Nicolas Arpagian, directeur à l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice, "on joue une partition (...), il est normal de réagir", assurant qu'il s'agit d'une "mise en scène".

Intérêts économiques

"Les dirigeants français ne pouvaient pas ignorer qu'ils faisaient l'objet d'attaques et de mesures d'interception", explique l'expert en cybersécurité, qui revient sur "les intérêts économiques" derrière les écoutes. "C'est avant tout l'information économique quand on espionne la France", estime-t-il.

Pour Laurent Joffrin, ces écoutes peuvent laisser des traces sur les relations entre les deux alliés. "Il y a beaucoup de mépris là-dedans. Les États-Unis considèrent que ce n'est pas très grave tout cela", assure le directeur de la rédaction de Libération, qui a publié les documents obtenus par WikiLeaks.

Le JT
Les autres sujets du JT
La NSA a espionné les trois derniers présidents français, selon des documents confidentiels publiés par \"Libération\" et Mediapart, en collaboration avec WikiLeaks, mardi 23 juin 2015.
La NSA a espionné les trois derniers présidents français, selon des documents confidentiels publiés par "Libération" et Mediapart, en collaboration avec WikiLeaks, mardi 23 juin 2015. (AFP)