Equateur : six personnes arrêtées après l'assassinat de Fernando Villavicencio, candidat à l'élection présidentielle

Les autorités ont précisé que les individus arrêtés sont d'origine colombienne et ont confirmé l'implication de "groupes criminels organisés".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une affiche électorale de l'homme politique assassiné Fernando Villavicencio, à Quito (Equateur), le 10 août 2023. (RODRIGO BUENDIA / AFP)

Six personnes ont été arrêtées à la suite de l'assassinat de Fernando Villavicencio, l'un des principaux candidats à la présidentielle en Equateur, ont annoncé les autorités. Ces dernières ont précisé que ces individus sont de nationalité colombienne, comme l'assaillant qui a été abattu le soir du drame.

Le ministre de l'Intérieur, Juan Zapata, a confirmé l'implication de "groupes criminels organisés" dans cette attaque, survenue à la fin d'un meeting du candidat à Quito, et qui a également fait neuf blessés, dont une candidate à l'Assemblée et trois policiers.

>> Que se passe-t-il en Equateur, où un candidat à l'élection présidentielle a été assassiné ?

Le président équatorien, Guillermo Lasso, a quant à lui affirmé avoir "demandé le soutien du FBI" dans l'enquête, assurant que la police fédérale américaine avait accepté la demande. "Une délégation arrivera dans le pays dans les prochaines heures", a-t-il précisé.

Trois jours de deuil national

Guillermo Lasso a instauré l'état d'urgence pour une durée de 60 jours afin de garantir la tenue du scrutin. Le premier tour de l'élection a toutefois été maintenu au 20 août. Le directeur de campagne de Fernando Villavicencio, Antonio Lopez, a pour sa part demandé le report du débat prévu dimanche entre les huit candidats à la présidentielle. "Le débat doit être différé afin que, lorsque nous désignerons [un nouveau candidat], il soit quasiment dans les mêmes conditions pour débattre" que les sept autres participants, a-t-il plaidé.

Le président équatorien a également décrété trois jours de deuil national "pour honorer la mémoire d'un patriote". "Il s'agit d'un crime politique à caractère terroriste, et nous n'avons aucun doute que cet assassinat est une tentative de saboter le processus électoral", a ajouté le chef de l'Etat. Fernando Villavicencio, un centriste de 59 ans, était en deuxième position en intentions de vote au premier tour (13,2)%, derrière l'avocate de gauche Luisa Gonzalez (26,6%).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.