Entretien téléphonique historique entre Barack Obama et Hassan Rohani

"Nous avons discuté de nos tentatives en cours de parvenir à un accord sur le programme nucléaire iranien", a dit le dirigeant américain. 

Le président américain, Barack Obama, s\'adresse à la presse depuis la Maison Blanche, le 27 septembre 2013.
Le président américain, Barack Obama, s'adresse à la presse depuis la Maison Blanche, le 27 septembre 2013. (KEVIN LAMARQUE / REUTERS)

Du jamais vu depuis 34 ans. Le président Barack Obama a annoncé vendredi 27 septembre avoir parlé au téléphone avec son nouvel homologue Hassan Rohani, un contact sans précédent entre Etats-Unis et Iran depuis la révolution islamique de 1979. "A l'instant, je viens de parler avec le président iranien Rohani", a déclaré Barack Obama lors d'une intervention à la Maison Blanche.

"Nous avons discuté de nos tentatives en cours de parvenir à un accord sur le programme nucléaire iranien", a ajouté le dirigeant américain. Le gouvernement iranien a ensuite confirmé cet appel. Selon une source proche de la Maison Blanche, c'est Hassan Rohani qui a demandé de prendre contact avec Barack Obama, par téléphone, avant son départ du sol américain.

Rendez-vous manqué à l'ONU 

"Nous sommes conscients de toutes les difficultés qui nous attendent", a ajouté le président américain, trois jours après avoir prononcé à l'ONU un discours dans lequel il s'était dit disposé à donner une chance à la diplomatie pour tenter de résoudre ce dossier, contentieux majeur entre Téhéran et l'Occident. "Le simple fait que [cet appel] était le premier contact entre des présidents américain et iranien depuis 1979 illustre la profonde méfiance régnant entre nos deux pays", a-t-il remarqué.

Mais cette conversation, trois jours après un rendez-vous manqué entre les deux présidents à New York en marge de l'assemblée générale des Nations unies, "montre aussi une possibilité de dépasser cette histoire difficile", selon Barack Obama. "Je pense qu'il y a une base pour une solution" avec Téhéran, a-t-il assuré. Les Etats-Unis et leurs alliés soupçonnent la république islamique de vouloir se doter d'une bombe nucléaire sous couvert d'un programme civil, ce que l'Iran dément.