Des scientifiques américains accusent la Chine d'exterminer l'animal qui a inspiré Pikachu

Selon les chercheurs de l'Arizona State University, Pekin a classé le pika dans les espèces nuisibles. 

Un pika à 4 800 m d\'altitude au Tibet, le 24 juillet 2007. 
Un pika à 4 800 m d'altitude au Tibet, le 24 juillet 2007.  (ALAIN DRAGESCO-JOFFÉ / BIOSPHOTO / AFP)

Sauvons Pikachu. Des scientifiques américains accusent les autorités chinoises de chercher à exterminer, non pas le héros des Pokémons, mais le pika, la petite souris qui a inspiré le personnage, rapporte, dimanche 4 janvier, The Independent (en anglais)

L'animal est classé parmi les espèces nuisibles par Pékin, qui organise des programmes pour l'éradiquer depuis 1958. En 2006, du phosphate de zinc a été répandu sur près de 360 000 km2 dans la province de Qinghai, au nord-ouest de la République populaire. "Une nouvelle phase d’empoisonnement, prévue sur 110 000 km2 aurait été mise en œuvre en fin d’année 2014 pour un coût estimé à 35 millions de dollars" (soit 29,1 millions d'euros), ajoute le quotidien britannique.

Des dizaines de perosnnes déguiisées en Pikachu à Tokyo (Japon), le 14 août 2014.
Des dizaines de perosnnes déguiisées en Pikachu à Tokyo (Japon), le 14 août 2014. (YOSHIKAZU TSUNO / AFP)

Dans leur étude (en anglais), les chercheurs listent les apports des pikas à l'écosystème local. Selon eux, le pika ne cause pas de dégradation lui-même, mais choisit des milieux dégradés comme habitat. Ensuite, Maxwell Wilson et Andrew Smith affirment que la présence de la souris améliore l'infiltration de l'eau dans la terre et limite ainsi les risques d'inondation, notamment lors de la mousson. Enfin, les scientifiques qualifient le pika d'espèce-clef puisqu'elle sert de nourriture aux carnivores de l'écosystème local, eux-mêmes utiles à l'homme.