Colombie : de nouvelles manifestations au 15e jour de la crise sociale

Cette mobilisation est marquée par des violences meurtrières dans ce pays dont l'économie s'est détériorée avec la pandémie de Covid-19.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants à Bogota, en Colombie, le 12 mai 2021, pour protester contre le gouvernement du président Ivan Duque. (SEBASTIAN BARROS / NURPHOTO / AFP)

La colère ne faiblit pas. Des milliers de personnes manifestaient à nouveau en Colombie, mercredi 12 mai, au 15e jour d'une forte mobilisation sociale contre le gouvernement. Ce mouvement est marqué par des violences meurtrières dans ce pays dont l'économie s'est détériorée avec la pandémie de Covid-19.

Le président de droite Ivan Duque a rencontré, mercredi, des représentants des jeunes, qui sont en première ligne de la protestation, après avoir promis pour les plus modestes la gratuité des frais d'inscription à l'entrée dans les universités publiques.

"Je vais mettre toute mon énergie, toute ma capacité et toute l'équipe gouvernementale pour que ce processus [de négociation] se passe bien", a déclaré le président lors de cette rencontre avec des étudiants à Bogota.

Au moins 42 morts

Les affrontements, qui ont marqué certaines de ces journées depuis le 28 avril, ont fait au moins 42 morts, dont un membre des forces de l'ordre, selon le Défenseur du peuple, entité publique de protection des droits humains.

De son côté, le ministère de la Défense, dont relève la police en Colombie, maintient un chiffre de 849 agents blessés, dont douze par armes à feu, et 716 civils mais sans préciser le nombre de ceux blessés par balles.

Il s'agit des manifestations les plus sanglantes qu'ait jamais connues ce pays de 50 millions d'habitants, appauvri par la pandémie, qui a fait près de 79 000 morts. La Colombie est également confrontée à une recrudescence de la violence des groupes armés financés par le narco-trafic.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.