Cet article date de plus de neuf ans.

Brésil : une médecin est soupçonnée de la mort de 300 patients

Elle aurait agi afin de libérer des lits pour d'autres personnes hospitalisées, dans la ville de Curitiba, à l'ouest de Sao Paulo.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Virginia Soares de Souza, directrice de l'hôpital évangélique de Curitiba, au Brésil, à la sortie du centre de détention, le 20 mars 2013. (RODRIGO FELIX LEAL / AFP)

Une femme médecin, inculpée pour le meurtre de sept patients au Brésil, pourrait être responsable de 300 décès au total. Trois autres médecins, trois infirmières et un kinésithérapeute exerçant sous sa responsabilité ont aussi été inculpés de meurtres. Des enregistrements de conversations téléphoniques montrent, selon le parquet, que cette veuve de 56 ans agissait ainsi pour libérer des lits pour d'autres patients.

Selon les responsables de l'enquête, le docteur Virginia Soares de Souza et son équipe médicale au sein de l'unité de soins intensifs de l'hôpital évangélique de Curitiba, dans le sud du Brésil, ont administré à des patients des médicaments myorelaxants. Ces produits décontractent les muscles, avant de réduire l'assistance respiratoire, au point de provoquer un décès par asphyxie.

Les enquêteurs ont entrepris de vérifier les dossiers médicaux de 1 700 patients décédés depuis sept ans dans cet établissement. "Nous avons déjà plus de vingt cas avérés et il y en a près de 300 autres que nous examinons", a dit le docteur Mario Lobato, l'expert mandaté par le ministère de la Santé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.