Cet article date de plus de neuf ans.

Brésil. Le "mort" était bien vivant

Gilberto Araujo, un laveur de voitures de 41 ans, s'est invité à sa veillée mortuaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran du site internet brésilien G1, qui a révélé l'histoire le 23 octobre 2012. (G1 / FTVI)

AMERIQUES - Cris, évanouissements, débandade générale… Une famille du nord-est du Brésil qui veillait le corps de Gilberto Araujo, un laveur de voitures de 41 ans, a vu ce dernier rentrer au bercail et interrompre la cérémonie funèbre où se trouvaient de nombreux amis et parents.

Le corps que la famille avait reconnu dimanche 21 octobre était en fait celui d'un homme ressemblant beaucoup à Gilberto. Mais son identité reste inconnue, a expliqué le site d'information G1 (lien en portugais) mardi. "Tout le monde a eu très peur. Les femmes s'évanouissaient, les gens couraient dans tous les sens", a raconté Maria Menezes, l'une des témoins de l'incident à Alagoinhas, à 100 km de Salvador de Bahia, citée par G1.

"Un copain m'a dit que j'étais dans un cercueil"

Gilberto a expliqué qu'il avait appris dans la rue par un ami qu'on le donnait pour mort. Il a téléphoné pour dire qu'il était vivant. Mais la personne qui lui a répondu a cru qu'il s'agissait d'une blague. Alors il a décidé de venir personnellement prouver qu'il était bien en vie. "Un copain m'a dit qu'il y avait un cercueil et que j'étais dedans. Alors j'ai dit, mais moi je suis vivant, pince-moi !", a raconté Gilberto.

L'un de ses frères, José Marcos Santana Santos, a expliqué que la dernière fois que la famille l'avait vu, c'était il y a quatre mois : "Gilberto n'apparaît que quelques fois par an et on reste longtemps sans le voir. Il habite à Alagoinhas, mais chaque jour il est dans un endroit différent", a-t-il dit à G1. "Je suis très contente. Quelle maman dont on donne le fils pour mort ne se réjouirait pas de le voir vivant ?" s'est écriée Marina Santana, la mère de Gilberto.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amériques

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.