Barack Obama dénonce l'aggravation des inégalités

Le président américain s'est adressé aux classes moyennes américaines dans un discours fort, marquant un virage à gauche de son positionnement politique.

Le président américain Barack Obama prononce un discours à Osawatomie, au Kansas (Etats-Unis), le 6 décembre 2011.
Le président américain Barack Obama prononce un discours à Osawatomie, au Kansas (Etats-Unis), le 6 décembre 2011. (KEVIN LAMARQUE / REUTERS)

La frange gauche de son électorat lui reprochait d'avoir trahi ses idéaux sociaux. Mardi 6 décembre à Osawatomie, dans le Kansas, Barack Obama a semblé leur répondre : dénonçant l'aggravation des inégalités, égratignant le monde de la finance, il a prononcé un discours destiné à marquer les esprits à un peu moins d'un an de l'élection présidentielle américaine. Un discours qui n'était pas sans rappeler l'allocution historique du président progressiste Theodore Roosevelt un siècle plus tôt au même endroit. 

Infléchissement à gauche

Le message était avant tout adressé à la classe moyenne, à laquelle le président américain a promis une redistribution équitable des richesses. "La question est de savoir si, dans ce pays, des gens qui travaillent peuvent gagner suffisamment pour élever leurs enfants, mettre un peu de côté, posséder une maison et assurer leur retraite", a clamé Barack Obama, présentant les républicains comme les garants des intérêts du grand capital.

Au risque de contrarier le monde des affaires, avec qui certains lui reprochent d'avoir été trop indulgent, le chef de l'Etat s'est engagé à réformer la législation financière pour sanctionner plus durement les auteurs de malversations. Il a également plaidé pour l'allégement des charges salariales que les économistes jugent indispensables à la reprise économique.