Attentat du 13 novembre : le père d’une victime porte plainte contre Twitter

Le père d’une des victimes américaines des attentats du 13 novembre à Paris attaque les réseaux. Il les accuse de permettre à l’Etat islamique de diffuser son idéologie.

FRANCE 3

Noémi Gonzalez avait 23 ans. Cette jeune américaine étudiait à Paris le temps d’un semestre. Le 13 novembre 2015, une sortie au restaurant, à la Belle Equipe, lui a coûté la vie. Serait-elle encore en vie sans la propagande de Daech sur les réseaux sociaux ? La question taraude son père.

Déjà un précédent

Reynaldo Gonzalez a porté plainte contre trois géants du net. Pour son avocat : "Sans Twitter, Facebook et Youtube la croissance explosive de Daech (…) n’aurait pas été possible". Il suffit de quelques clics pour accéder à la propagande de l’Etat islamique. Sur Twitter, en décembre 2014 les multiples comptes liés à Daech produisaient à eux seul 90 messages par minute. Les plateformes suppriment régulièrement des contenus illicites mais cela ne suffit pas. L’an dernier aux Etats-Unis, deux familles avaient porté plainte contre Twitter après la mort de leur proche dans un attentat en Jordanie. La justice les avait déboutées. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Twitter annonce, le 18 août 2016, avoir suspendu 235 000 comptes faisant la promotion du terrorisme en six mois.
Twitter annonce, le 18 août 2016, avoir suspendu 235 000 comptes faisant la promotion du terrorisme en six mois. (JAAP ARRIENS / NURPHOTO / AFP)