Climat : "Tout le drame de l'Amazonie, c'est que les politiques adorent en parler, mais ne font rien derrière", regrette l'association Canopée

Face à la déforestation qui continue, l'organisation non gouvernementale (ONG) écologiste appelle la France et l'Europe à "taper du poing sur la table et pas seulement dans les discours comme on l'entend."

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Vue aérienne d'un incendie dans une parcelle de la forêt amazonienne, au sud de Novo Progresso (Brésil). (CARL DE SOUZA / AFP)

"Tout le drame de l'Amazonie, c'est que les politiques adorent en parler, mais ne font rien derrière", a regretté dimanche 2 mai sur franceinfo Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes de l'association pour la défense des forêts Canopée, alors que la forêt amazonienne brésilienne a rejeté, depuis 2010, plus de carbone qu'elle n'en a absorbé, selon une nouvelle étude.

franceinfo : la dégradation de l'état de la forêt amazonienne contribue à 73% des pertes de carbone, contre 27% seulement pour la déforestation. À quoi est due cette dégradation ?

Sylvain Angerand : La dégradation est liée, par exemple, à l'exploitation du bois. Quand on va sortir des arbres comme les ipés ou les acajous qui servent à faire des terrasses qu'on va trouver dans les magasins français. Mais ça peut être également l'orpaillage, l'ouverture de petites mines artisanales. Tout ça, en fait, ça va créer des trouées dans les forêts. Pas de grandes trouées, pas de grandes images de déforestation. Mais ces trouées vont faire baisser l'humidité, et du coup, la forêt est plus fragile, plus sensible aux incendies, plus sensibles aux sécheresses."

Est-il compliqué de sensibiliser sur cette dégradation du fait qu'elle ne soit pas spectaculaire ?

Exactement. C'est tout l'enjeu politique qu'il y a aujourd'hui, puisque la France et l'Europe ont mis en place des stratégies pour lutter contre la déforestation importée. Et nous, on défend l'idée qu'il faut aller plus loin que la simple déforestation. Étendre cette question de la dégradation aux autres écosystèmes qu'il y a au Brésil, et notamment le Cerrado, une savane arborée qui est extrêmement importante puisqu'elle joue un peu ce rôle de tampon, de protection de l'Amazonie. Tout est lié.

Fait-on un peu de sensationnalisme en affirmant que l'Amazonie n'est plus le poumon de la planète ?

La forêt amazonienne continue d'absorber du carbone, y compris les grands arbres. C'est surtout le titre de l'étude qui est mal choisi. La façon dont le titre est utilisé, par exemple par la filière bois qui nous explique que cette étude dit qu'il faut couper des arbres, il ne faut pas laisser vieillir la forêt, que l'Amazonie maintenant est trop vieille et qu'elle commence à relarguer du carbone, tout ça, ce n'est pas ce que dit cette étude. Au contraire, on se rend compte qu'une forêt bien portante continue d'absorber du carbone et que l'exploitation du bois, que la dégradation fait plonger le bilan de façon négative. Donc, il faut faire extrêmement attention à ce qu'on dit de cette étude et ne pas sur interpréter.

Dans cette étude, l'actuel président du Brésil Jair Bolsonaro est accusé d'être le principal responsable de cette dégradation. Mais tout cela n'a-t-il pas commencé bien avant lui ?

En 2008, on avait vraiment réussi à baisser de façon assez forte la déforestation en Amazonie. C'est ce qu'avait fait Lula (Luiz Inácio Lula da Silva, président du Brésil entre 2003 et 2011, NDLR), avec la mise en place d'une administration très forte, une police, l'Ibama, qui contrôlait et qui évitait les intrusions en forêt et l'exploitation illégale de bois et autres, on a réussi à faire baisser de façon drastique la déforestation et la dégradation. Aujourd'hui c'est une vraie impunité qu'il y a en Amazonie et qui entraîne un relâchement. Il faut une vraie volonté politique et il faut que la France, l'Europe, tapent du poing sur la table et pas seulement dans les discours comme on l'entend.

Quels peuvent être leurs moyens de pression ?

Sur le soja on a un vrai moyen de pression puisque la France s'est engagée. Mais nous, cela fait plus de 8 mois qu'on a remis un rapport à la ministre Bérangère Abba avec des solutions concrètes pour éviter d'importer du soja issu de déforestation. Ce qui bloque aujourd'hui, c'est les grands tradeurs qui refusent d'être transparents, de dire effectivement d'où vient le soja. Sur le cuir, ça revient toujours la même chose. Tant que l'on n'a pas de traçabilité, on ne peut pas responsabiliser les entreprises. Et lorsque l'on amène des preuves sur la table, il faut qu'il y ait une action du gouvernement, de l'Europe de dire maintenant ça suffit. Et tout le drame de l'Amazonie, en fait, c'est que les politiques adorent en parler, mais ne font rien derrière."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.