Christiane Taubira : "On peut très vite organiser une conférence de donateurs" pour sauver l'Amazonie

Pour Christiane Taubira, invitée de franceinfo dimanche 25 août, "on n'en est plus au stade des proclamations, on est dans l'urgence" concernant les incendies en Amazonie.

Christiane Taubira, le 11 décembre 2018 à Sciences Po Paris.
Christiane Taubira, le 11 décembre 2018 à Sciences Po Paris. (ALEXIS SCIARD / MAXPPP)

"Il faut des fonds, donc il faut faire un appel à donateurs. On peut organiser très vite et très sérieusement une conférence de donateurs" pour sauver l'Amazonie des incendies qui la ravagent, estime dimanche 25 août sur franceinfo Christiane Taubira, ex-garde des Sceaux et ex-députée de la Guyane.

Selon Emmanuel Macron, les pays du G7 sont d'accord pour "aider le plus vite possible les pays frappés" par les feux qui se sont multipliés ces derniers jours dans la forêt amazonienne. "Il y a très longtemps que l'on sait - indépendamment des incendies - qu'il y a une déforestation assez mal contrôlée, notamment au Brésil, y compris sous Lula d'ailleurs. Mais ces incendies sont un facteur d'accélération, d'inquiétude profonde et peut-être d'une prise de conscience qui ne me paraît pas si manifeste que cela."

Des économies "prédatrices"

"Les économies capitalistes dans la grande majorité du monde sont des économies prédatrices", ajoute l'ancienne ministre, qui se demande en référence au G7 "à quoi sert la diplomatie si elle ne règle pas les conflits, si elle ne permet pas à des gens qui ne s'entendent pas de se parler et de prendre des décisions pour l'intérêt supérieur ?"

Mais Christiane Taubira n'est pas favorable à des sanctions contre le Brésil de Bolsonaro. "Non, la priorité, c'est de savoir quelle initiative sera prise." Et pour elle la solution est d'organiser "très vite et très sérieusement" une conférence de donateurs.

Avec cet argent, on convient d'un plan de préservation de l'Amazonie, ensemble, puis on voit avec les pays amazoniens ce qu'on en fait. Sinon, on est dans le bavardage.Christiane Taubiraà franceinfo

Les pays du G7 sont d'accord pour "aider le plus vite possible les pays frappés" par les feux qui se sont multipliés ces derniers jours dans la forêt amazonienne, a déclaré dimanche 25 août Emmanuel Macron. Il avait vertement critiqué vendredi "l'inaction" du président brésilien Jair Bolsonaro face à ce désastre environnemental. Les images de l'Amazonie en feu ont suscité une émotion mondiale et propulsé le sujet au coeur des discussions du G7, malgré les réticences initiales du Brésil qui n'est pas présent au sommet à Biarritz.