Brésil : le groupe Carrefour accusé de participer à la déforestation de l'Amazonie par une ONG

La forêt d'Amazonie, au Brésil, n'a jamais autant brûlé au mois d'août depuis 12 ans. Dans ce contexte, l'ONG Mighty Earth met en cause la responsabilité du distributeur français dans la déforestation.

Article rédigé par
Clémentine Sabrié - Etienne Monin
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La forêt tropicale amazonienne en feu au parc national Mapinguari, à Porto Velho, au Brésil, le 1er septembre 2022. (DOUGLAS MAGNO / AFP)

L'Amazonie est en proie à des feux gigantesques. Elle n'avait pas connu autant d'incendies pour un mois d'août depuis 2010. Il y a 18% de foyers de plus qu'en 2021 à la même période. La région la plus touchée est qualifiée de "nouvelle frontière de la déforestation" par les écologistes. La zone la plus critique, presque aussi grande que l'Espagne, est située au nord du Brésil entre trois Etats septentrionaux : l'Amazonas, l'Acre et Rondonia.

>> Brésil : la déforestation de l'Amazonie atteint un rythme record au premier semestre 2022

La défense de l’Amazonie est au cœur d’une campagne ciblée sur le groupe de grande distribution Carrefour. L’ONG Mighty Earth accuse le groupe de pratiquer un double jeux. D'un côté, le distributeur communique sur sa responsabilité environnementale. De l'autre, il se fournit chez des producteurs brésiliens accusés de participer à la déforestation.

Cette vue par satelitte montre les incendies en cours au Brésil, le 5 septembre. Chaque point rouge représente un feu. (Capture d'écran Fire Information for Resource Management System (FIRMS))

Le bœuf au Brésil, le poulet en France

Mighty Earth cible deux produits distribués par Carrefour. "On a remarqué qu'il y a des produits dans les magasins Carrefour au Brésil qui sont issus de la déforestation", explique Boris Patentreger directeur France de Mighty Earth. Il s'agit de pièces de bœufs élevés au soja brésilien cultivé sur des terres qui étaient auparavant des forêts. Le groupe français est le numéro un de la distribution alimentaire au Brésil. "On a pu voir qu'il y avait de nombreux produits à risque et 12% de ces produits sont liés à des abattoirs connectés à des réserves autochtones."

Mais il n'y a pas qu'au Brésil que ces produits problématiques sont distribués. "Pour la France, ce sont des produits volailles. Elles sont nourries au soja de la société Bunge qui participe à la déforestation du Cerrado", détaille Boris Patentreger. Cette savane d'Amérique du Sud est "fortement déboisée pour le soja qui est exporté notamment en France".

En 2020, Carrefour et tous les acteurs de la grande distribution ont signé un manifeste "pour une mobilisation des acteurs français pour lutter contre la déforestation importée liée au soja". Le distributeur français a aussi pris la co-direction de la "Forest Positive Coalition", une alliance commerciale de Consumer goods forum pour protéger les forêts. Mighty Earth demande désormais à Carrefour de changer de fournisseurs pour créer un effet d’entraînement au sein de la filière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amazonie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.