Allemagne : Angela Merkel, portrait d'une chancelière à la grande longévité

Angela Merkel ne se représentera pas lors des élections fédérales du 26 septembre 2021. Retour sur ses 15 années en tant que chancelière de l'Allemagne.

C'est le 22 novembre 2005 qu'Angela Merkel - qui ne briguera pas de cinquième mandat en septembre 2021 - est devenue la première femme à occuper la fonction de chancelière fédérale de l'Allemagne. À la tête de son pays, elle se forge rapidement une image de femme droite, sobre et pragmatique. Sa cote de popularité semble inébranlable. Les Allemands la surnomment d'ailleurs "Mutti" ("Maman"). "Elle est toujours loin des polémiques et concentrée sur son travail, sans jamais se mettre en avant," reconnaît un passant.

Premières turbulences en 2015

Face à elle, les présidents français défilent (Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande puis Emmanuel Macron). À plusieurs reprises, Angela Merkel est nommée "Femme la plus puissante du monde" par le magazine américain Forbes. Les premières zones de turbulences apparaissent en 2015, lorsque la chancelière décide d'ouvrir le pays à un million de demandeurs d'asile. En 2017, elle est réélue pour un quatrième mandat mais peine à former une coalition gouvernementale. Un an plus tard, la dirigeante allemande annonce qu'elle ne se représentera pas en 2021. Le 26 septembre prochain, celle qui est codétentrice (avec Helmut Kohl) du record de longévité au pouvoir laissera donc la main.

Le JT
Les autres sujets du JT
La chancelière allemande, Angela Merkel, lors de ses vœux du Nouvel An, retransmis à la télévision le 31 décembre 2020.
La chancelière allemande, Angela Merkel, lors de ses vœux du Nouvel An, retransmis à la télévision le 31 décembre 2020. (MARKUS SCHREIBER / POOL / AFP)