VIDEO. La police investit un quartier d'islamistes radicaux à Tunis

Les forces de l'ordre ont mené plusieurs arrestations dans la nuit de mercredi 31 octobre à jeudi dans un quartier de Tunis contre des islamistes présumés après les affrontements de ce derniers jours. Des assaillants avaient attaqué deux postes de la garde nationale à Douar Hicher mardi soir.

REUTERS

AFRIQUE - Les forces de l'ordre ont mené plusieurs arrestations dans la nuit du mercredi 31 octobre au jeudi 1er novembre dans un quartier de Tunis (Tunisie) contre des islamistes présumés après les affrontements de ces derniers jours.

La présidence tunisienne a prolongé de trois mois, jusqu'en janvier 2013, l'état d'urgence dans le pays. Un officier de la garde nationale a été attaqué samedi dans la banlieue de Tunis par un militant salafiste. L'arrestation de suspects dans le cadre de cette affaire a déclenché mardi des violences dans ce même quartier. Deux postes de la garde nationale ont été attaqués, deux assaillants ont été tués et deux agents de police blessés, selon le dernier bilan officiel annoncé jeudi.

Quelques centaines d'agents des différents services de sécurité tunisiens ont manifesté jeudi matin pour dénoncer les attaques dont ils se disent les victimes, notamment de la part de la mouvance salafiste, et leur manque de moyens, a constaté une journaliste de l'AFP. Des policiers, des agents de la garde nationale, de la protection civile et de la garde présidentielle se sont réunis pendant une heure devant le ministère de l'Intérieur.

Des assaillants ont attaqué mardi deux postes de la garde nationale à Douar Hicher à l\'est de Tunis - mercredi 31 octobre
Des assaillants ont attaqué mardi deux postes de la garde nationale à Douar Hicher à l'est de Tunis - mercredi 31 octobre (AMINE LANDOULSI / SIPA / AP)